Ukraine : la spectaculaire contre-offensive des forces de Kiev

Longue portée, précis, discrets... Les GLSDB, envoyés par Biden, des missiles déterminants pour l'Ukraine

par Benoît LEROY
Publié le 4 février 2023 à 17h01, mis à jour le 4 février 2023 à 17h43
JT Perso

Source : TF1 Info

Jusqu'ici, les missiles utilisés par l'Ukraine avaient une portée inférieure à 100 kilomètres.
Vendredi 3 février, le Pentagone a annoncé l'octroi d'une nouvelle aide à Kiev.
Ces missiles pourraient rompre les lignes d'approvisionnements russes, derrière les lignes de front.

Un nouveau cap franchi dans l'aide militaire apportée à l'Ukraine. Vendredi 3 février dernier, le ministère américain de la Défense a annoncé une nouvelle aide à Kiev contre l'invasion de l'armée russe de 2,2 milliards de dollars. Au sein de cette énième enveloppe, pour la première fois, des missiles de plus longue portée, la bombe guidée GLSDB. Ces armes étaient réclamées de longue date par Volodymyr Zelensky.

D'une portée maximale de 150 kilomètres, ces armes permettent à Kiev de doubler la portée de ses frappes contre l'armée de Vladimir Poutine et, ainsi, menacer des positions russes situées bien à l'arrière de la ligne de front. "Plus nos armes sont de longue portée et plus nos troupes sont mobiles, le plus tôt se terminera la brutale agression de la Russie", a salué dès vendredi le président ukrainien, dans un message publié sur Twitter.

Il faut dire que c'est un changement de paradigme pour l'Ukraine. En effet, jusqu'à présent, les soldats ukrainiens ne pouvaient pas espérer toucher des cibles au-delà de 80 kilomètres, grâce aux roquettes multiples HIMARS reçues depuis juin dernier. Selon un décompte du président américain Joe Biden, ce sont 38 HIMARS qui ont été livrés à Kiev depuis le début de la guerre. 

Développés en 2015, les GLSDB sont extrêmement précis. Un point dont se vante même du constructeur aéronautique suédois Saab, qui a piloté le projet au côté de l'Américain Boeing. "La précision de GLSDB est si élevée qu'elle peut frapper dans le rayon d'un pneu de voiture", indique l'entreprise suédoise sur son site. Ces GLSDB peuvent donner aux forces ukrainiennes la capacité de frapper des positions dans le Donbass, les régions de Kherson et Zaporijia, et le nord de la Crimée. Des territoires occupés par les Russes depuis des mois, voire des années.

La nouvelle offensive russe empêchée par les GLSDB ?

Avant même d'être utilisées sur le terrain, ces armes devraient faire évoluer la situation dans l'Est de l'Ukraine. En effet, l'arrivée prochaine de ces GLSDB pourrait entraîner la Russie à reculer sensiblement les lignes d'approvisionnement de ses soldats présents sur le terrain. Un tel recul rendrait alors les soldats russes plus vulnérables et complexifier les plans d'une nouvelle offensive russe de grande envergure, comme cela est redouté par Kiev et le reste de l'Occident.

Selon un communiqué commun de Boeing et Saab, ces "GLSDB [permettent] au système d'artillerie d'atteindre des cibles à des distances beaucoup plus longues et d'engager des cibles difficiles à atteindre, tout en maintenant la maniabilité et la précision de vol de la bombe de petit diamètre"

Autre point, cette bombe de "petit diamètre" peut être utilisée à partir de plusieurs types de lanceurs... dont les HIMARS ou les M270 MLRS, deux systèmes déjà présents sur le sol ukrainien. "[Elle] peut également être tiré[e] par des lanceurs non traditionnels, comme depuis l'arrière d'un camion d'apparence ordinaire (...). Cela rendrait plus difficile pour les forces russes de trouver et de détruire le système", jugeaient en décembre dernier les experts John Hardie et Bradley Bowman, de la Fondation pour la défense des démocraties. 

Lire aussi

En tout état de cause, cette livraison prochaine de GLSDB est tout autant inédite pour l'Ukraine que pour les États-Unis. En effet, il s'agira de la première utilisation, sur un terrain de guerre, de cette bombe. "La remise des GLSDB n'aura pas lieu avant plusieurs mois", a toutefois précisé un porte-parole du Pentagone, le lieutenant colonel Garron Garn, invoquant les calendriers de production et de livraison. 


Benoît LEROY

Tout
TF1 Info