24H Pujadas

MIGRANTS : ACCUEILLIR OU FERMER LES FRONTIÈRES ? - Posez toutes vos questions à David Pujadas et ses invités - 24hPujadas : l'info en questions

Bastien Bono
Publié le 29 août 2017 à 16h16
MIGRANTS : ACCUEILLIR OU FERMER LES FRONTIÈRES ? - Posez toutes vos questions à David Pujadas et ses invités - 24hPujadas : l'info en questions

Source : ANDREAS SOLARO / AFP

INTERNATIONAL - Ce soir, comme tous les soirs, dans "24 heures en questions", vous avez la possibilité de poser toutes vos questions à David Pujadas et ses invités sur le thème du jour : la vague migratoire venant d'Afrique. Ils vous répondent dès 18h10.

Ils viennent de la Corne de l'Afrique, et d'Afrique de l'Ouest. Ils arrivent cachés dans des camions qui traversent le détroit de Gibraltar, à pied, par les Balkans, ou sur de frêles embarcations, en Méditerranée. Ils fuient la dictature et un service militaire parfois illimité en Érythrée. Ils fuient la guerre et le chaos en Libye. Ils fuient les groupes armés djihadistes, comme Boko Haram au Nigeria, ou Ansar Dine au Mali. Ils fuient la famine, les pillards, les répressions, les sécheresses, la misère. Difficile de dire combien d'entre eux ont atteint l'Europe, combien attendent de trouver un passeur au Maroc ou en Libye, et combien ont déjà commencé le grand voyage à travers le Sahara. Au total, on estime que 180 000 africains sont arrivés l'an dernier par l'Italie ou l'Espagne, soit une augmentation de 20% par rapport à 2015. Ainsi, l'Afrique subsaharienne est devenu la première région de migration vers l'Europe, devant le Moyen-Orient. Le profil de ces migrants ? Des hommes, en grande majorité, plutôt jeunes et diplômés, qui ont eu la force physique et les moyens de faire un voyage terriblement éprouvant, mais aussi très coûteux. Face à ce flux grandissant, après la vague migratoire conséquente à la guerre civile syrienne, l'Europe est profondément divisée. Si l'Allemagne a déjà accueilli plus d'1 million de personnes, certains pays d'Europe de l'Est, comme la Hongrie ou la Pologne, appliquent une politique "0 migrant", refusant l’accueil mais aussi le passage de ces derniers sur leurs terres. La tension monte entre les états-membres sur ces questions, l'Italie et l'Espagne estimant qu'elles supportent quasiment seules ces flux, de plus en plus pressants, accusant leurs voisins comme la France ne pas avoir contribué à la gestion de cette crise. Emmanuel Macron a ainsi proposé, lors de sa tournée en Europe de l'Est où il a partiellement traité ce thème, de créer des "hotspots" directement au Niger, au Tchad et en Libye. Ces centres accueilleraient des personnes susceptibles de demander l'asile,  afin de limiter les pertes humaines sur les routes migratoires et de pouvoir canaliser efficacement les flux humains vers la France. La réaction des dignitaires de ces pays n'a pas été franchement positive. Ainsi, un haut responsable Nigérian, cité par Le Monde, a déclaré par rapport à cette idée " C'est absurde et dangereux. Cela va créer un appel d'air pour tous les migrants". Le président tchadien Idriss Déby n'en pense pas moins : "la question des migrations ne peut être réglée que par le développement". Pour l'heure, l'UE investit 20 milliards d'euros par an en Afrique. Un montant imposant, mais surement insuffisant pour contribuer au développement d'une région du monde durement touchée par le réchauffement climatique et l'instabilité politique, sur fond d'explosion démographique. Alors, soutenez-vous cette idée de "hospots" ? La France doit-elle augmenter ses capacités d’accueil ? Ou doit-elle fermer ses frontières ?

Pour poser vos questions à David Pujadas et ses invités, rendez-vous sur Facebook ou sur Twitter avec le #24hPujadas.

Les invités :

Hubert VEDRINE

Ancien ministre des Affaires Etrangères

Céline SCHMITT

Porte-parole du Haut-Commissariat aux Réfugiés

Zyad LIMAM

Directeur d’Afrique Magazine

Louis DE RAGUENEL

Rédacteur en chef à Valeurs Actuelles

L'invité politique du jour :

Jean-Michel Blanquer

Ministre de l’Education Nationale


Bastien Bono

Tout
TF1 Info