Annexions, mobilisation... Poutine choisit l'escalade

Pourparlers Russie/Ukraine : qui sont Kuleba et Lavrov, les ministres des Affaires étrangères des deux pays

par Frédéric SENNEVILLE
Publié le 10 mars 2022 à 14h25
JT Perso

Source : Sujet JT LCI

Les ministres ukrainien et russe des Affaires étrangères se sont rencontrés ce jeudi en Turquie.
Qui sont Dmytro Kuleba et Sergueï Lavrov, face-à-face pour la première fois depuis le début du conflit ?

"L’Ukraine ne s’est pas rendue, ne se rend pas et ne se rendra pas". C'est ainsi que Dmytro Kuleba a débuté sa conférence de presse après son court entretien avec Sergueï Lavrov, ce jeudi 10 mars. Les ministres des Affaires étrangères russe et ukrainien venaient de passer ensemble à peine plus d'une heure, chaperonnés par leur homologue et hôte turc à Antalya. Le chef de la diplomatie ukrainienne n'avait que peu de choses à rapporter de la discussion, et le mince espoir d'un cessez-le-feu s'est évanoui. Les deux hommes se rencontraient pour la première fois depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine, il y a tout juste deux semaines, le 24 février.

Le jeune ministre ukrainien a affiché toute sa combativité, à l'image de celle de son président. Comme Volodymyr Zelensky, Dmytro Kuleba est tout juste quadragénaire, un âge plutôt précoce pour la fonction qu'il occupe depuis deux ans. Entré très tôt dans la carrière diplomatique, Kuleba est le fils d'un ancien ambassadeur, qui fut lui-même brièvement vice-ministre des Affaires étrangères entre 2003 et 2004. Dmytro s'est fait connaître dès 2013 par un coup d'éclat : jeune diplomate prometteur, il avait préféré quitter la fonction publique en 2013, plutôt que de servir sous la présidence du pro-russe Viktor Ianoukovitch. 

Un ancien de la révolte de Maïdan

Figure active du mouvement pro-européen Maïdan en 2014, il rejoindra son ministère à la fin de la même année, dont il participera à la modernisation. Ambassadeur auprès du Conseil de l'Europe, puis vice-Premier ministre, pendant quelques mois, du président Zelensky nouvellement élu, il s'installe à la tête de la diplomatie ukrainienne en mars 2020. Très actif lui aussi sur les réseaux sociaux, il s'était démultiplié avant même le lancement de l'invasion, alertant Paris ou Washington de la menace russe. Dès le début de 2021, il avait repéré une montée en puissance de la propagande russe, et une multiplication suspecte des provocations au Donbass.

Sergueï Lavrov, la voix de Vladimir Poutine à l'étranger depuis 18 ans

Face à lui à Antalya, on reconnaît une figure autrement célèbre de la diplomatie internationale. Sergueï Lavrov dirige la diplomatie de Vladimir Poutine depuis 2004, et avait passé la décennie précédente à représenter la Russie à l'ONU. Près de trente ans au total, comme ceux qui le séparent de son jeune homologue ukrainien. Âgé de 71 ans, Lavrov appartient à la même génération que le maître du Kremlin, dont il a été la voix à l'étranger lors d'un grand nombre de crises internationales, de la guerre en Géorgie à celle de Syrie, en passant par le Donbass et l'annexion de la Crimée. 

D'abord réputé pour son caractère difficile, voire explosif, il s'est peu à peu mué en insaisissable sphinx, dont la parole est d'autant plus facile à tenir qu'elle est indéchiffrable. Le surnom de "Minister Niet" lui a été attribué, après la série de vétos qu'il avait opposés à une intervention de l'ONU en Syrie. Nostalgique, comme Vladimir Poutine, de la grandeur impériale russe, il s'est donné pour modèle l'ancien ministre des Affaires étrangères d'Alexandre II, qu'il tient pour l'architecte de la restauration de la grandeur russe après la fin de la guerre de Crimée en 1856. 

Lire aussi

Venu à Antalya sans proposition acceptable par l'Ukraine, Sergueï Lavrov a pris langue une première fois avec son jeune homologue ukrainien, un premier pas dont il ne fallait sans doute pas attendre plus. Les deux hommes se sont jaugés, et sont d'accord sur le principe d'une nouvelle rencontre, selon leur hôte turc.


Frédéric SENNEVILLE

Tout
TF1 Info