Le président du Botswana, Mokgweetsi Masisi, a proposé d'offrir 20.000 éléphants à l'Allemagne.
Une riposte aux critiques de Berlin contre la chasse au pachyderme et aux exportations de trophées.
Le Botswana a levé depuis 2019 l'interdiction totale de la chasse aux éléphants.

Il propose d'envoyer généreusement 20.000 éléphants en Allemagne. Le président du Botswana, Mokgweetsi Masisi, a fait cette offre surprenante dans une interview accordée au quotidien Bild, ce mardi. Les Allemands doivent "vivre avec les animaux comme ils essayent de nous le dicter", a déclaré le chef d'État, passablement irrité par les critiques de Berlin à l'égard du traitement réservé par son pays aux pachydermes. 

 Cette proposition ironique est également une réponse directe à une récente proposition visant à interdire l’importation et l’exportation de dépouilles ou de parties d’animaux d’un grand nombre d’espèces menacées en Allemagne. "Nous aimerions faire ce cadeau à l'Allemagne", a renchéri Mokgweetsi Masisi, précisant qu'il "n'accepterait pas de refus". 

Le revenu important qu’apporte le marché des safaris et la vente de trophées de chasse au Botswana est un enjeu de taille. Ce pays d'Afrique australe abrite la plus importante population d'éléphants au monde, soit environ 130.000. Il se trouve que l'Allemagne est par ailleurs le premier importateur de trophées de chasse de l’Europe. 

Régulation contre préservation

En 2019, le Botswana a levé une interdiction totale de la chasse, instaurée cinq ans auparavant pour inverser le déclin des populations d'éléphants et d'autres espèces. Une décision motivée par le souhait de réguler cette population. Les autorités dénoncent en effet des attaques dans des champs, des destructions d’infrastructures, voire des habitants piétinés à mort.

Aujourd'hui, le Botswana décide chaque année d'un quota d'animaux qui peuvent être chassés. Une situation qui suscite la colère des défenseurs de l'environnement. 

Une offre similaire a déjà été faite par le président en mars, quand les députés britanniques ont voté l'interdiction de l’importation de trophées. Mokgweetsi Masisi avait menacé d’envoyer 10.000 pachydermes à Londres et de les stocker sur Hyde Park. Il n'a pas encore mis sa menace à exécution. En revanche, il a déjà donné 8000 éléphants à son voisin angolais et plusieurs centaines au Mozambique.


Axel JUIN

Tout
TF1 Info