Prise d'otage par un Britannique au Texas : Londres "condamne un acte de terrorisme et antisémite"

La rédaction de LCI
Publié le 17 janvier 2022 à 6h46
Une enquête "de portée internationale" a été lancée aux États-Unis.

Une enquête "de portée internationale" a été lancée aux États-Unis.

Source : Andy JACOBSOHN / AFP

CRIME - La cheffe de la diplomatie britannique a condamné dimanche un "acte de terrorisme et antisémite" après la prise d'otage par un ressortissant britannique dans une synagogue au Texas.

La cheffe de la diplomatie britannique, Liz Truss, a condamné dimanche un "acte de terrorisme et antisémite" après la prise d'otage dans une synagogue au Texas dont l'auteur, décédé, a été identifié comme étant un Britannique nommé Malik Faisal Akram.

"Mes pensées vont à la communauté juive et à tous ceux qui sont affectés par cet acte épouvantable au Texas. Nous condamnons cet acte de terrorisme et antisémite", a déclaré la ministre des Affaires étrangères sur Twitter ajoutant : "Nous sommes aux côtés des États-Unis pour défendre les droits et les libertés de nos citoyens contre ceux qui répandent la haine".

Le FBI a indiqué que le ravisseur était un ressortissant britannique nommé Malik Faisal Akram et âgé de 44 ans. Il est décédé à l'issue de la prise d'otage qui s'est terminée par une intervention de la police, une forte détonation et des coups de feu dans la synagogue de la congrégation Beth Israël à Colleyville, ville d'environ 23.000 habitants à une quarantaine de kilomètres de Dallas. La police britannique de contre-terrorisme a annoncé avoir arrêté deux jeunes dimanche soir en lien avec la prise d'otage.

Selon plusieurs médias américains, le suspect avait demandé la libération d'Aafia Siddiqui, une scientifique pakistanaise condamnée en 2010 par un tribunal fédéral de New York à 86 ans de prison pour avoir tenté de tirer sur des militaires américains alors qu'elle était détenue en Afghanistan.

La police antiterroriste du Nord-Ouest de l'Angleterre a confirmé dans un communiqué que le suspect était Malik Faisal Akram, 44 ans, et qu'il était originaire de la région de Blackburn dans le Lancashire (nord de l'Angleterre). Sur la page Facebook de la communauté musulmane de Blackburn, un homme se présentant comme le frère de Malik Faisal Akram a déclaré qu'il avait été "tué par balle". 

"Il n'y avait rien que nous aurions pu lui dire ou faire qui l'aurait convaincu de se rendre", a déclaré cet homme qui dit avoir été "jusqu'au petit matin en liaison avec Faisal, les négociateurs, le FBI". Cet homme, qui a signé son message du nom de Gulbar, a souligné que son frère "souffrait de problèmes de santé mentale". Il a ajouté que sa famille était "anéantie" et qu'elle "ne cautionne aucune de ses actions".

Une attaque "inexcusable"

"Il est absolument inexcusable pour un musulman d'attaquer un juif ou pour n'importe quel juif d'attaquer un musulman, un chrétien, un hindou vice versa etc", a-t-il écrit. La priorité de la famille est désormais de ramener la dépouille de Malik Faisal Akram au Royaume-Uni "bien que nous ayons été avertis que cela pourrait prendre des semaines", a souligné cet homme.

La police antiterroriste du Nord-Ouest de l'Angleterre a indiqué qu'elle participait à l'enquête menée par les autorités américaines et que "les forces de police de la région continueront à assurer la liaison avec leurs communautés locales, y compris la communauté juive, et mettront en place toutes les mesures nécessaires pour les rassurer".

L'ambassadrice britannique aux États-Unis, Karen Pierce a déclaré sur Twitter que les autorités britanniques apportaient "un soutien total aux forces de l'ordre texanes et américaines". Scotland Yard a confirmé que des agents de la police antiterroriste britannique "étaient en contact avec les autorités américaines et des collègues du FBI" concernant l'incident.

La police britannique de contre-terrorisme a annoncé avoir arrêté deux jeunes dimanche soir en lien avec la prise d'otages ce week-end par un Britannique dans une synagogue du Texas, aux États-Unis. "Deux jeunes ont été arrêtés ce soir dans le sud de Manchester. Ils restent en détention pour être interrogés", a indiqué la police du Grand Manchester dans un communiqué.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info