Ukraine : une guerre partie pour durer

Procès pour "crime de guerre" : que risque le soldat russe jugé en Ukraine ?

Annick Berger
Publié le 18 mai 2022 à 17h58, mis à jour le 19 mai 2022 à 11h09
JT Perso

Source : LCI MIDI

Vadim Chichimarine, 21 ans, est jugé depuis mercredi devant un tribunal de Kiev pour avoir abattu un civil ukrainien.
Il s'agit du premier procès pour crime de guerre depuis l'entrée en Ukraine des forces de Moscou.
Le jeune soldat a plaidé coupable et risque la prison à perpétuité.

Trois mois après le début de l'invasion russe en Ukraine, un tribunal de Kiev tient, pour la première fois, un procès pour crime de guerre. Le soldat russe Vadim Chichimarine, âgé de 21 ans, est accusé de crime de guerre et de meurtre avec préméditation pour avoir abattu un civil ukrainien. Des faits pour lesquels le militaire originaire d'Irkoutsk a plaidé coupable ce mercredi. 

Selon l'accusation, le sergent russe commandait une petite unité au sein d'une division de chars, quand son convoi a été attaqué, le 28 février, quatre jours seulement après le début de l'invasion russe. Avec quatre autres militaires, il aurait alors volé une voiture. En conduisant près du village de Choupakhivka, dans la région de Soumy (nord-est), le militaire et son unité auraient croisé un homme de 62 ans, qui poussait son vélo tout en téléphonant. "L'un des militaires a ordonné à l'accusé de tuer le civil afin qu'il ne les dénonce pas", selon les services de la procureure générale. 

"Nous avons continué notre route"

Selon eux, Vadim Chichimarine aurait alors tiré avec une kalachnikov depuis la fenêtre du véhicule et "l'homme est mort sur le coup, à quelques dizaines de mètres de son domicile".  Lors de son arrestation, le 1er mars dans des conditions qui restent assez floues, le jeune homme avait expliqué : "J'ai reçu l'ordre de tirer, je lui ai tiré dessus une fois. Il est tombé et nous avons continué notre route".

Des faits qui s'apparentent ainsi à un crime de guerre, une notion encadrée par l'article 8 du Statut de Rome, qui peut aller du meurtre de civils ou de prisonniers de guerre, à l'attaque d'hôpitaux, de monuments historiques ou encore à la prise d'otage. S'il était reconnu coupable, le soldat russe pour ainsi être condamné à la prison à perpétuité en Ukraine, qui a aboli la peine de mort en 2000. 

Représentation "théâtrale" pour le public ?

Ce procès pourrait être le premier d'une longue série. La procureure générale d'Ukraine Iryna Venediktova a ainsi souligné l'enjeu du dossier pour son pays dans une série de tweets. "Nous avons ouvert plus de 11.000 enquêtes pour crimes de guerre et arrêté 40 suspects", a-t-elle rappelé. En attendant qu'ils arrivent devant les tribunaux, "avec ce premier procès, nous envoyons un signal clair : aucun bourreau, aucune personne ayant ordonné ou aidé à commettre des crimes en Ukraine n'échappera à la justice."

Preuve de la détermination ukrainienne à ne pas perdre de temps : deux militaires russes devraient être jugés à partir de jeudi pour avoir tiré des roquettes sur des infrastructures civiles dans la région de Kharkiv, la deuxième ville du pays, dans le nord-est. "Ces procédures sont beaucoup plus rapides que d'habitude", quand il faut parfois cinq ans entre un crime et un verdict, souligne Oleksandr Pavlitchenko, directeur de la branche ukrainienne de l'association de défense des droits humains, Helsinki Group. 

Pour lui, la question est donc de savoir si "on aura un vrai processus judiciaire ou juste une représentation théâtrale pour le public". Et la réponse dépendra, selon lui, du sort réservé au sergent Chichimarine après le verdict : purgera-t-il sa peine en Ukraine ou bénéficiera-t-il d'un échange de prisonniers ? 


Annick Berger

Tout
TF1 Info