Hitler est-il vraiment mort en 1945 ? "Il y aura toujours des complotistes pour nier l'évidence"

Alexandre DECROIX
Publié le 20 mars 2018 à 12h30
Hitler est-il vraiment mort en 1945 ? "Il y aura toujours des complotistes pour nier l'évidence"

Source : AFP

L'essentiel

HISTOIRE - Bientôt 73 ans après avoir eu lieu dans le bunker du Führer à Berlin, le suicide d’Adolf Hitler fait toujours l’objet de nombreuses théories du complot. Cesseront-elles grâce après la publication, la semaine dernière, d’une vaste enquête sur sa mort ? Interview de Jean-Christophe Brisard, co-auteur de "La Mort d’Hitler. Dans les dossiers secrets du KGB" (Fayard), et réalisateur du documentaire "Le mystère de la mort d'Hitler", diffusé ce mardi 20 mars en deuxième partie de soirée sur France 2 .

Adolf Hitler est-il vraiment mort dans son bunker à Berlin en 1945 ? C’est avec cette question en filigrane que l’enquête de Jean-Christophe Brisard et Lana Parshina se déroule sur un peu plus de 350 pages. Avec "La Mort d’Hitler. Dans les dossiers secrets du KGB" (éditions Fayard), les auteurs - lui français, elle russe - s’attaquent à la disparition de celui qui, plus de 70 ans après les crimes de masse du régime nazi, incarne toujours une forme de mal absolu. L'occasion d'une plongée dans l’Histoire à travers les archives conservées en Russie, où l’administration et des services secrets russes - le FSB (ex-KGB) - font presque figure de personnages principaux.

De Moscou, où les restes d’Hitler - des dents et un fragment de crâne - sont conservés, à Berlin ou Paris, de 1946 à 2017, à travers les lieux et les époques, l’ouvrage publié début mars éclaire, comme il l’ambitionne, les zones d’ombre qui entouraient encore le décès du dictateur. Une obscurité entretenue par des brouilles entre ministère russes à l'époque, mais aussi par une étude américaine publiée en 2009 qui suggérait que les ossements étaient ceux d'une femme de 40 ans. Point par point, cette théorie est démontée dans le livre.

À sa lecture, le doute n’est plus permis : le Führer s’est bel et bien suicidé aux côtés de sa femme Eva Braun, tous deux retranchés dans un sous-sol de la capitale allemande. Les analyses scientifiques du médecin légiste-anthropologue Philippe Charlier (connu pour avoir enquêté sur la mort de plusieurs personnages historiques), qui a notamment réussi à faire correspondre les dents préservées avec d'anciennes radiographies de la mâchoire d'Hitler, ainsi que les nombreux témoignages recueillis auprès des archivistes permettent d'en attester. Sans équivoque.

ARCHIVES - Autriche : la maison natale d'Hitler finalement conservée mais modifiéeSource : Sujet JT LCI
JT Perso

Mais les théories du complot entourant l'événement seront-elles pour autant stoppées ? Les folles rumeurs d’une fuite vers des jours paisibles en Amérique du Sud cesseront-elles ? Quel rôle a joué - et joue encore - la Russie, détentrice des "reliques" d’Hitler, dans cette affaire ? LCI a posé ces questions, et d’autres, à Jean-Christophe Brisard, également réalisateur d'un documentaire, "Le mystère de la mort d'Hitler", diffusé ce mardi 20 mars à 23h25 sur France 2.

Le fragment troué par balle du crâne d’Adolf Hitler conservé dans une vieille boîte à disquette au siège des Archives d’Etat de Russie (GARF) à Moscou.

J’en ai fait des cauchemars

Jean-Christophe Brisard

Préservées dans une ancienne boîte à cigarettes au siège des services secret russes (FSB), à Moscou, les dents d’Adolf Hitler ont été authentifiées par le docteur Philippe Charlier.

Les autorisations venaient du plus haut niveau de l’Etat

Jean-Christophe Brisard

Le plan du bunker d’Adolf Hitler, dessiné par le majordome personnel du Führer, Heinz Linge, qui fut arrêté et détenu par les forces soviétiques de 1945 à 1955.

J'étais libre de valider ou d'invalider leur version

Jean-Christophe Brisard