La milice russe est entrée vendredi en guerre ouverte avec l’armée et a avancé vers Moscou, avant de se rétracter.
Depuis, des comptes ne croient pas à la thèse officielle d’une rébellion avortée de son dirigeant, Evgueni Prigojine.
Certains dénoncent la responsabilité des services de renseignement américains, tandis que d’autres crient à la mise en scène.

Mascarade, mise en scène ou "false flag"... Les qualificatifs ne manquent pas dans la complosphère pour désigner le coup de force manqué de la milice Wagner contre le haut commandement militaire russe. Après avoir progressé vers Moscou pendant 24 heures, faisant craindre des affrontements directs, Evgueni Prigojine a finalement annoncé le repli de ses hommes dans la soirée du 24 juin. De cette séquence, ressort une Russie en proie à une crise politique. Mais aussi des fausses théories qui se sont vite mêlées aux vraies informations sur les réseaux sociaux. 

Des services secrets impliqués...

Le rôle de la CIA est d’abord mis en avant, notamment par des comptes alternatifs américains qui cherchent à montrer qu’une fois de plus, Washington est derrière tout ça. Moyennant finance, les services de renseignement américains auraient alors obtenu de Prigojine qu’il se rebelle et qu’il mène ses hommes tout droit vers le Kremlin. Les lingots d’or trouvés lors de la perquisition du siège de Wagner à Saint-Pétersbourg seraient même pour certains la preuve ultime du contrat passé entre la CIA et le mercenaire russe. Une thèse relayée en France, par le blog conspirationniste "Le Courrier des Stratèges", mais aussi par la propagande prorusse, qui est allée plus loin. La directrice de Russia Today a ainsi laissé entendre que la rébellion de Wagner avait été directement orchestrée par plusieurs services secrets étrangers, américains ou israéliens.

...ou une mise en scène du Kremlin

La question d’une mise en scène de cette rébellion est aussi abordée en ligne, de manière plus affirmative qu’interrogative. "Sous-marin du Titanic = faux. Coup de Wagner = faux. Et après ?", s'alarme un compte américain, alors que des théories conspirationnistes avaient déjà émergé à propos de la disparition du sous-marin touristique du Titanic. Dans le cas présent, plusieurs éléments ne colleraient pas avec la version officielle : le passage par la route des membres de Wagner, leur présence à Rostov-sur-le-Don au milieu des passants, ou encore les informations en possession du président russe 48 heures auparavant, comme l’a révélé le Washington Post

D’autres évoquent une "mascarade", à commencer par la figure des complotistes Idriss Aberkane. Sur Telegram, on croit également à une "manœuvre militaire préméditée" par le Kremlin pour que Vladimir Poutine sorte renforcé de cet affrontement. Parfois, des comptes se mettent à diffuser le même contenu à l’identique, dans le but de propager leur thèse au maximum. Comme celui-ci, que l’on retrouve sur Twitter : "Wagner est désormais stationné à moins de 100 km de Kiev. Poutine savait que Prigojine préparait quelque chose au moins 48 heures à l'avance, mais ne l'a pas arrêté. Poutine a éliminé les personnalités déloyales. Vous pensez toujours qu'il s’agissait d'un coup d'État ?". 

La première vidéo disponible sur TikTok sous l'occurrence "Wagner" est de nature complotiste.
La première vidéo disponible sur TikTok sous l'occurrence "Wagner" est de nature complotiste. - DR

Et ces théories alternatives ne sont pas absentes de TikTok, où la désinformation est reine. Ainsi, plusieurs vidéos soutiennent la thèse d'une mise en scène et se retrouvent en tête de la plateforme avec la simple recherche "Wagner". Une séquence, l'analyse d'un homme selon laquelle "le scénario de la chute de Poutine n'était qu'un leurre", circule tout particulièrement.

Sur le fond, ces arguments n’ont aucun poids. C’est ce qu’a rappelé sur France Inter la journaliste Ksenia Bolchakova, prix Albert Londres pour son documentaire sur Wagner : "On a beaucoup entendu parler de coup de sang, de coup de com' de Prigojine ou de discours complotistes qui évoquaient même une manipulation du Kremlin pour mettre en scène le retour d'un homme fort. La réalité, c'est qu'il s'agissait bien d'une tentative de coup d'État, car on a des éléments qui prouvent la préméditation de cette action". 

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Caroline QUEVRAIN

Tout
TF1 Info