Droits des Aborigènes : les Australiens rejettent un projet de réforme constitutionnel, lors d'un référendum

par M.D. avec AFP
Publié le 14 octobre 2023 à 10h57, mis à jour le 14 octobre 2023 à 12h48

Source : Sujet TF1 Info

Les électeurs australiens ont rejeté le projet de réforme constitutionnelle sur les droits des aborigènes.
Celui-ci prévoyait de créer un conseil consultatif auprès du Parlement et du gouvernement, notamment.

Comme attendu au vu derniers sondages, les habitants de l'Australie ont rejeté le projet de réforme constitutionnel sur les droits des aborigènes. "Les Australiens ont voté contre un changement de la Constitution", a déclaré le vice-Premier ministre Richard Marles. "Nous respectons tout à fait ce résultat", a-t-il ajouté.  17,5 millions d'électeurs étaient attendus ce samedi 14 octobre dans les bureaux de vote du pays, à l'occasion d'un référendum qui aurait donné de plus grands droits aux Aborigènes ainsi que la reconnaissance dans la Constitution qu'ils sont les premiers habitants de l’île-continent. 

Après le comptage des voix des trois quarts des bureaux de vote du pays, il ressort que 55% des électeurs ont voté "non" au texte. Afin d'être adoptée, la réforme devait recueillir non seulement une majorité de vote au niveau national, mais aussi dans au moins quatre des six États du pays. Elle n'a obtenu ni l'un ni l'autre. "C'est un résultat difficile, un résultat très difficile", a déclaré Dean Parkin, le directeur de la campagne "Yes23", qui a bataillé en faveur du "oui". "On a fait tout ce qu'on a pu, et nous allons y revenir", a-t-il assuré.

Une avalanche de commentaires racistes

Aujourd'hui, plus de 200 ans après la colonisation britannique, les Australiens autochtones, dont les ancêtres vivent sur le continent depuis au moins 60.000 ans, ont les mêmes droits que les autres citoyens, mais ils souffrent toujours de fortes inégalités. L'espérance de vie des Aborigènes est inférieure d'environ huit ans à celle des autres citoyens. Statistiquement, leurs enfants sont moins éduqués et deux fois plus susceptibles de mourir pendant l'enfance. D’abord largement majoritaire, le camp favorable au changement de la Constitution de 1901 n’avait cessé de perdre du terrain ces derniers mois.

La campagne a entraîné une avalanche de commentaires racistes sur les médias en ligne. De fausses informations ont aussi circulé, dont certaines affirment que les titres de propriété pourraient être remis en cause ou que des réparations devraient être versées si la réforme passait. Pour les partisans, la réforme aurait pu à panser les plaies encore vives d'un passé de colonisation et de répression raciale. Pour le camp conservateur, cela aurait abouti à créer des divisions au sein de la société, en créant une distinction de citoyenneté. 

Cette semaine, alors que le monde est en proie à tant de haine, les Australiens ont l'occasion de faire preuve de bienveillance
Le Premier ministre australien, Anthony Albanese

Le résultat de ce référendum est loin d'être une surprise. Les derniers sondages anticipaient une victoire du camp du "non" avec 60% des votes et ont régulièrement montré que la plupart des Australiens se soucient peu des problèmes des communautés indigènes. Le Premier ministre de centre-gauche, Anthony Albanese, avait lancé, avant le début du vote ce samedi, un appel ému aux électeurs à réparer une erreur historique. "Cette semaine, alors que le monde est en proie à tant de haine, les Australiens ont l'occasion de faire preuve de bienveillance", avait déclaré celui qui s'est fortement mobilisé depuis un an en faveur du "oui". 


M.D. avec AFP

Tout
TF1 Info