Réfugiés palestiniens : un comité indépendant nommé par l'ONU pour évaluer l’Unrwa

par M.G avec AFP
Publié le 5 février 2024 à 18h24

Source : Sujet TF1 Info

Un comité indépendant chargé d'évaluer la "neutralité" de l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa) va voir le jour.
Le groupe sera mené par l'ancienne ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna.
L'initiative fait suite à une succession d'accusation contre plusieurs membres de l'instance ces derniers jours.

Elle a fait les gros titres ces derniers jours. Largement mise en doute dans un contexte où Israël poursuit ses bombardements contre le Hamas dans la bande de Gaza, l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa) va faire l'objet d'une enquête. Un comité indépendant chargé d'évaluer sa "neutralité" et son fonctionnement va ainsi voir le jour, a annoncé lundi le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres. 

Concrètement, l'objectif de ce groupement, mené par l'ancienne ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna et en collaboration avec trois centres de recherche (Institut Raoul Wallenberg en Suède, Institut Chr. Michelsen en Norvège, et l'Institut danois pour les droits humains), est de "déterminer si l'Agence fait tout ce qui est en son pouvoir pour assurer sa neutralité et répondre aux accusations de graves abus le cas échéant". Un rapport intermédiaire sera remis fin mars, avant un rapport final prévu pour la fin avril. Ce dernier devra notamment, si nécessaire, faire des recommandations pour "améliorer et renforcer" les mécanismes en place, indique le communiqué publié par l'ONU. 

Des employés écartés

Pour rappel, l'Unrwa est au centre d'une controverse depuis qu'Israël a accusé 12 de ses 30.000 employés régionaux d'implication dans l'attaque du 7 octobre menée par le groupe islamiste palestinien Hamas qui a entraîné la mort de 1140 personnes, majoritairement des civils. 

Une douzaine des plus importants donateurs - dont le Royaume-Uni, les États-Unis ou l'Allemagne - ont, dans la foulée, suspendu leur financement à l'instance. "Ces accusations interviennent à un moment où l'Unrwa, la plus importante organisation de l'ONU dans la région, travaille dans des conditions très difficiles pour aider les deux millions d'habitants de la bande de Gaza qui dépendent d'elle pour survivre au milieu de l'une des pires et plus complexes crises humanitaires du monde", note Antonio Guterres. 

En parallèle, l'ONU a lancé une enquête interne pour faire la lumière sur ces accusations. 


M.G avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info