Elizabeth II, 1926-2022

Funérailles d'Elizabeth II : un pays véritablement à l'unisson ?

A Lo. | Reportage TF1 F-X. Ménage, N. Clerc, Q. Trigodet
Publié le 18 septembre 2022 à 23h14
JT Perso

Source : JT 20h WE

Londres se prépare à accueillir l'événement historique que sont les obsèques de la reine Elizabeth II, ce lundi 19 septembre.
Mais ses habitants ne partagent pas tous le même degré d'émotion.
Reportage dans les rues de la capitale.

Derniers préparatifs devant Buckingham Palace avant l'événement historique que ce sont les obsèques de la reine Elizabeth II. Aux abords de la résidence royale, des Britanniques attendent dehors depuis dix jours pour être aux premières loges. Les cafés des alentours ressentent cette affluence. 

Afin de faire face à la demande, des centaines de litres de boisson sont prévus et les employés vont devoir se lever à trois heures du matin. "Ça va être une journée horrible. Horrible pour moi. Mais une journée fabuleuse pour tous les autres", râle déjà un employé, la veille du jour des funérailles.

Vous ne pouvez pas vous habiller normalement pour un événement comme celui-ci

Un habitant de Londres

Mais d'autres Londoniens sont plus enthousiastes. Martin Whitehouse est avocat et pour ce jour spécial, il est allé acheter un costume, une façon de rendre hommage à sa manière à la souveraine défunte. "J’aurais une chemise blanche, une cravate noir et un mouchoir blanc glissé dans la poche avant de ma veste. Vous ne pouvez pas vous habiller normalement pour un événement comme celui-ci. Même si je ne me rends pas aux funérailles, c’est important", justifie-t-il.

La même ambiance solennelle se retrouve dans beaucoup d’églises, où les prières se succèdent et les livres de condoléances se remplissent. Youra a fait le déplacement depuis le sud du pays et partage son émotion. "Tout le monde respecte la Reine. Je ne sais pas comment on va faire pour vivre sans elle", avoue-t-elle.

Des Londoniens moins investis

Dans la rue, le visage de la reine orne d’innombrables vitrines des magasins, des supermarchés aux pâtisseries en passant par les galeries d’art. Mais dans la banlieue de Londres, dans un quartier où les habitants gagnent moins que le salaire minimum, l’intérêt pour les funérailles est quelque peu différent. Dans un commerce, le portrait de la Reine n'est pas affiché. Par contre, on y trouve une annonce pour distribuer gratuitement de la nourriture. 

Alors que l’inflation explose, impactant en premier lieu les factures d'énergie, Luke Terry et son fils préfèrent se tenir éloigner des cérémonies. "Doit-on rester devant un cercueil pendant 24 heures ? Moi, je ne pense pas, c’est mon point de vue. On lutte déjà tellement en ce moment. Demain, ça sera pire. Est-ce que le roi changera quelque chose à ça ?", interroge-t-il.

Lire aussi

À une heure de route de Londres, les soldats de la Royale Air Force, eux, se préparent depuis des années à cet événement. Ils répètent inlassablement avant la parade prévue pour les funérailles. "Hier, nous avons fait une nuit blanche pour préparer la parade. C’est beaucoup de répétitions, c’est intense et je suis fier de voir que tout le monde s’investit", se félicite Calum Rookes. Dans quelques heures, toute sa troupe remontera l'avenue qui relie le palais à l'Abbaye de Westminster afin d'escorter la Reine défunte pour la cérémonie en son honneur.


A Lo. | Reportage TF1 F-X. Ménage, N. Clerc, Q. Trigodet

Tout
TF1 Info