Depuis une nouvelle offensive russe sur le nord de l'Ukraine, 11.000 personnes ont été évacuées dans la région de Kharkiv.
Certains départs sont permis grâce à des bénévoles qui n'hésitent pas à aller chercher des habitants pris au piège par les combats.
Des missions qui se font souvent au péril de leur vie, comme le montre ce reportage de nos envoyés spéciaux.

Au volant de son véhicule, Maxim remonte la route à toute vitesse en direction de Vovtchansk, un œil sur le ciel. Cette ville ukrainienne située à quelques kilomètres de la frontière russe est désormais à portée du feu ennemi depuis que la Russie a commencé une nouvelle offensive terrestre dans le nord de l'Ukraine. Alors qu'il ne reste plus que quelques dizaines de civils dans la ville, Maxim, lui-même ancien habitant de cette localité, effectue des allers-retours en voiture dans la zone pour évacuer les derniers habitants. 

Ce sont mes voisins que je sauve
Maxim

Équipé d'une caméra, il filme dans le document LCI en tête de cet article une opération de secours dans le sud de la ville. Il rejoint sa passagère, nommée Galina, âgée et blessée à la jambe. Désorientée, elle embarque dans le véhicule, avec un sac contenant tout ce qu'il lui reste. Une fois la passagère à bord, Maxim repart en trombe. Chaque minute passée en extérieur à Vovtchansk est un danger mortel.

En effet, un aller-retour ne lui prend, environ, qu'une demi-heure. Ces missions se font pourtant souvent au péril de sa vie. Il doit rouler le plus vite possible pour éviter d'être repéré et des drones kamikazes sont régulièrement envoyés sur les véhicules dans la zone de combats, sans que leurs conducteurs puissent faire quoi que ce soit pour se prémunir de leur charge destructive.

En dehors de la zone, la vieille dame est débarquée, hagarde, mais saine et sauve. Maxim, lui, peut enfin décompresser. "Je suis né à Vovtchansk. Ce sont mes voisins que je sauve. Je pense que toute personne normale ferait la même chose. C'est difficile et parfois, j'ai peur, mais il faut faire le bien", justifie-t-il à LCI. Ce jour-là, le bénévole a fait trois voyages jusqu'à la ville bombardée. Grâce à lui, 13 personnes ont pu être évacuées.


A. Lo. | Reportage : Thomas Misrachi, Thibault Bruck, Kostia Yaremenko

Tout
TF1 Info