REPORTAGE LCI - Guerre en Ukraine : aux côtés des soldats blessés au combat

par A. Lo.
Publié le 19 juillet 2023 à 9h24

Source : TF1 Info

Dans la banlieue de Kiev, un centre de convalescence accueille les soldats ukrainiens blessés sur le front.
Ce séjour leur offre la possibilité de se reconstruire physiquement et moralement.
Mais pour beaucoup, l'objectif de cette période reste la possibilité de retourner sur le front pour continuer à combattre.

Loin du front, c'est un autre combat qui s'engage. Dans la banlieue de Kiev, les soldats ukrainiens blessés sur le front tentent de se reconstruire dans un centre de convalescence. Parmi les 200 patients, Volodymyr, 56 ans, alterne les exercices physiques et les séances avec des psychologues afin de soigner les traumatismes physiques et psychologiques que la guerre lui a laissés.

Guérir pour retourner au front

"C'était une tâche vraiment très difficile. On devait s'occuper de beaucoup de blessés", se souvient le soldat à propos du front, alors qu'il lui a été diagnostiqué un syndrome post-traumatique. Combattant à Lyssytchansk, à Kherson ou encore à Bakhmout, c'est durant cette bataille qu'une balle lui a traversé la gorge. Le cinquantenaire a également perdu l'usage de son bras gauche mais ce ne sont pas ces blessures auxquelles il pense. Ses deux fils combattent toujours sur le front. "Pour être honnête, je suis effrayé", confie-t-il à leurs propos.

Dans ce centre, les patients passent par des programmes de rééducation et se voient proposer des activités bénéfiques pour l'esprit comme pour le corps. C'est le cas notamment du tir à l'arc. "Ça demande beaucoup de coordination. Cette activité leur permet de se concentrer sur ce qu'ils font sur le moment présent, mais également de s'éloigner des problèmes qu'ils ont vécus avant d'arriver ici, dans ce centre", explique ainsi l'entraineur, Dimitri lvosky.

Ces séances ont notamment fait beaucoup de bien à Vassily. "Je recommence à parler, après ma grave blessure à la tête", se réjouit-il. Mais après sa rééducation, il n'envisage pas son avenir ailleurs que sur le front. "Il y a encore des questionnements mais je pense que je vais y arriver", espère-t-il à propos d'un probable retour au combat. Pour Vassily, comme pour beaucoup d'autres, la libération de son pays est la plus forte motivation pour guérir.


A. Lo.

Tout
TF1 Info