Moscou avait indiqué qu'un de ses représentants avait été blessé vendredi par un colis piégé à Bangui, la capitale de la Centrafrique.
Le chef du groupe paramilitaire russe Wagner avait accusé la France d'être derrière l'attaque.
Le colis provenait en fait du Togo d'après les premières investigations, a informé le procureur de Bangui.

Contrairement à ce qu'affirmait Wagner, Paris n'est pas derrière une attaque visant un centre russe. Le colis piégé dont l'explosion a blessé un représentant russe vendredi à Bangui, la capitale de Centrafrique, provenait du Togo selon les premiers éléments de l'enquête, a déclaré mardi à l'AFP le procureur de la ville. Il l'a aussi décrite comme un "acte terroriste" et indiqué que l'expéditeur a été identifié. Cette explosion avait blessé le directeur d'un centre culturel russe, Dmitri Syty, selon Moscou. Une attaque que le chef du groupe paramilitaire russe Wagner avait immédiatement imputée à la France avant que celle-ci ne démente ces accusations.

Le même jour, le ministère russe des Affaires étrangères avait de son côté évoqué un "acte criminel" visant à "nuire au développement des relations amicales" entre Moscou et Bangui, sans toutefois désigner de commanditaire présumé. Dimanche, la Centrafrique a "condamné fermement" les faits et annoncé l'ouverture d'une enquête, réaffirmant que "cette attaque ne saurait entamer les excellentes relations entre la République Centrafricaine et la fédération de Russie".  

"Cette explosion d'origine criminelle est susceptible d'être qualifiée d'acte terroriste", a indiqué le procureur de la République de Bangui, Benoît Narcisse Foukpio, dans un communiqué envoyé à l'AFP. Selon les premiers éléments de l'enquête, le colis "contenant un engin explosif a été expédié au responsable de la maison russe de Bangui (...) en provenance de la ville de Lomé", la capitale du Togo, a-t-il ajouté, précisant avoir identifié l'expéditeur. 

La Centrafrique, pays en guerre civile depuis 2013 est au cœur de la stratégie d'influence russe en Afrique. Le rôle grandissant de Wagner a d'ailleurs conduit la France, ancienne puissance coloniale, à retirer ses soldats du pays. Les derniers ont quitté Bangui jeudi. La France avait décidé à l'été 2021 de suspendre sa coopération militaire avec le Togo, jugé "complice" d'une campagne antifrançaise téléguidée par la Russie.


La rédaction de TF1info (avec AFP)

Tout
TF1 Info