Midterms 2022 : la vague républicaine n'a pas eu lieu

Midterms 2022 : un démocrate réélu en Arizona, Biden à un siège de la majorité au Sénat

A. Lo.
Publié le 12 novembre 2022 à 9h52
JT Perso

Source : TF1 Info

Mark Kelly, sénateur démocrate de l'Arizona depuis deux ans, a été réélu lors des élections de mi-mandats américaines.
Il permet donc au parti démocrate de conserver un siège au sein du Sénat.
Joe Biden est par conséquent à un siège de conserver la majorité à la chambre haute.

La majorité au Sénat se rapproche pour Joe Biden. Deux jours après les élections de mi-mandats qui se sont tenues mardi aux États-Unis, certains États poursuivent le dépouillement, faisant monter le suspens quant à l'acquisition d'une majorité au sein des deux chambres du Congrès. En Arizona, où 83% des bureaux ont été dépouillés, les médias américains relatent que c'est le sénateur démocrate qui a remporté le scrutin.

Un Congrès toujours incertain

L'ancien astronaute Mark Kelly serait donc parvenu à garder son siège, obtenu en décembre 2020 et aurait devancé son adversaire républicain Blake Masters dans cet État du sud-ouest, ont assuré trois chaînes de télévision. Blake Masters, le candidat défait en Arizona, n'a toujours pas reconnu son revers. 

Vendredi soir, l'ex-président Donald Trump a écrit sur son réseau social que certaines machines électorales n'avaient pas fonctionné en Arizona, et que le résultat était "une escroquerie et une fraude électorale". "Refaites l'élection !", a-t-il exhorté. De leur côté, les autorités locales ont insisté sur le fait que les élections n'avaient pas été truquées, malgré les problèmes techniques rencontrés par certaines machines électorales.

La victoire de Mark Kelly porte le nombre de sénateurs démocrates à 49. Deux sièges sont encore à pourvoir : au Nevada, où le décompte se poursuit, et en Géorgie, où un deuxième tour est prévu le 6 décembre. Si les deux partis devaient se retrouver à 50 sièges chacun et donc maintenir le statu quo, les démocrates conserveraient le contrôle du Sénat grâce à la voix de la vice-présidente Kamala Harris.

Lire aussi

Les républicains semblaient bien partis pour conquérir la majorité à la Chambre des représentants, mais il leur manque encore sept sièges. Alors que les démocrates semblent avoir réussi à limiter la casse, ces résultats sont donc un revers pour Donald Trump. Celui-ci annonçait une "vague rouge" qui n'a pas eu lieu. Les élections de mi-mandat fragilisent l'ancien président, alors qu'il devrait officialiser sa candidature à la présidentielle 2024, le 15 novembre prochain.


A. Lo.

Tout
TF1 Info