Biélorussie : le peuple se soulève

Révolte en Biolérussie : Emmanuel Macron a rencontré l'opposante Svetlana Tikhanovskaïa

La rédaction de LCI
Publié le 29 septembre 2020 à 6h41
Révolte en Biolérussie : Emmanuel Macron a rencontré l'opposante Svetlana Tikhanovskaïa

Source : Ludovic MARIN / AFP

BIÉLORUSSIE - Le président de la République a rencontré ce mardi matin l'opposante biélorusse Svetlana Tikhanovskaïa. Une première pour un dirigeant international de premier plan.

Emmanuel Macron a rencontré ce mardi matin à Vilnius l'opposante biélorusse Svetlana Tikhanovskaïa. Le président de la République, qui a appelé le président Alexandre Loukachenko, soutenu par Vladimir Poutine, à quitter le pouvoir, a été ainsi le premier dirigeant international de haut rang à rencontrer la cheffe de file de l'opposition biélorusse, qui s'est exilée dans la capitale lituanienne.

Le chef d'État français est arrivé le 28 septembre à Vilnius, où les dirigeants lituaniens attendent son soutien clair contre le régime de la Biélorussie voisine et les pressions russes, tandis que Svetlana Tikhanovskaïa l'a appelé lundi à jouer les médiateurs. "Nous avons terriblement besoin d'une médiation pour éviter que davantage de sang soit versé. M. Macron pourrait être ce médiateur, avec les leaders d'autres pays. Il pourrait être capable d'influencer M. Poutine, avec lequel il a de bonnes relations", a déclaré dans un entretien à l'AFP Mme Tikhanovskaïa.

"Il est clair que Loukachenko doit partir" affirme Emmanuel Macron

Cette première rencontre avec un leader international majeur est pour Svetlana Tikhanovskaia "une confirmation importante", a-t-elle souligné. Dimanche, à la veille de sa visite de trois jours en Lituanie et en Lettonie, Emmanuel Macron a réclamé haut et fort le départ du président biélorusse Alexandre Loukachenko, soutenu par Vladimir Poutine. "Ce qui se passe en Biélorussie, c'est une crise de pouvoir, un pouvoir autoritaire qui n'arrive pas à accepter la logique de la démocratie et qui s'accroche par la force. Il est clair que Loukachenko doit partir", a déclaré Emmanuel Macron au JDD

Lire aussi

L'Union européenne comme les États-Unis refusent de reconnaître l'élection d'Alexandre Loukachenko, jugée frauduleuse, et condamnent la répression contre une vague de manifestations sans précédent. La police a encore arrêté quelque deux cents personnes dimanche. 

Des écrivains, artistes et scientifiques lituaniens ont appelé dimanche le président français à soutenir les manifestants en Biélorussie. "Hommes et femmes sont soumis à des tortures inhumaines. Et cela se passe dans l'Europe du XXIe siècle !", soulignent ces artistes et scientifiques, dont certains déjeuneront ce mardi avec Emmanuel Macron.

Cette crise a dominé les discussions du président français lundi avec son homologue lituanien Gitanas Nauseda, qui soutient l'opposition biélorusse. La France demande pour la Biélorussie une transition pacifique prenant en compte la volonté de la population, "en évitant le risque d'une plus grande répression, voire d'une intervention de la Russie", selon l'Élysée.


La rédaction de LCI

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info