Risque de tsunami au Japon : bâtiments détruits, routes effondrées... quelle est la situation après le puissant séisme ?

Publié le 1 janvier 2024 à 12h55, mis à jour le 1 janvier 2024 à 13h20

Source : TF1 Info

Un violent séisme, suivi de plusieurs répliques, a frappé le Japon lundi.
L'alerte tsunami a été déclenché sur une grande partie de la côte nord du pays.
On fait le point.

La terre a fortement tremblé au Japon. Un violent séisme, d'une magnitude 7,5 selon l'Institut d'études géologiques des États-Unis (USGS) et 7,6 selon l'Agence météorologique japonaise (JMA), a frappé le Japon, ce lundi 1er janvier. L'épicentre est situé dans la péninsule de Noto, à la pointe nord du département Ishikawa. En l'espace de 90 minutes, peu après 16h heure locale (8h en France), une multitude de secousses se sont fait ressentir dans la région. La JMA en a, pour le moment, recensé 21, toutes d'une magnitude supérieure à 4. 

undefinedundefinedUSGS

Cette perturbation sismique a fait d'importants dégâts. Des photos de routes fissurées, de toits de maisons fendus, de bâtiments incendiés, de panneaux arrachés ou encore de murs écroulés ont ainsi circulé sur les réseaux sociaux. Quelque 33.500 foyers sont privés d'électricité dans le pays, notamment dans les départements de Toyama, Ishikawa et Niigata, qui donnent tous sur la mer du Japon. Au moins 6 personnes seraient coincées dans des bâtiments effondrés à la suite du séisme, selon The Japan Times. Un premier bilan n'a pas encore été communiqué, néanmoins, la télévision publique NHK rapporte que plusieurs personnes ont été transportées vers des hôpitaux dans les zones touchées par le séisme.

VIDEO - Tsunami au Japon : les premières images après le séismeSource : TF1 Info

Par ailleurs, plusieurs autoroutes ont été fermées à la circulation. Le trafic des trains à grande vitesse (shinkansen) entre Tokyo et Ishikawa est également interrompu, a annoncé Japan Railways.

En revanche, aucun problème n'est à signaler du côté des centrales nucléaires. "Il a été confirmé qu'il n'y avait pas d'anomalies dans la centrale nucléaire de Shika (située dans le département d'Ishikawa, Ndlr) et sur d'autres sites pour le moment", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Yoshimasa Hayashi.

Une alerte tsunami déclenchée

La violence de ce séisme a poussé les autorités à déclencher une alerte tsunami. Une large partie de la côte nord du Japon était concernée, à plus ou moins grande échelle. "Tous les habitants doivent évacuer immédiatement vers les hauteurs", appelle le diffuseur national NHK. "Nous avons conscience que vos maisons et vos biens vous sont chers, mais vos vies sont plus importantes que tout le reste. Courez vers les zones les plus élevées possibles", ajoutait la chaîne de télévision. De son côté, le Centre d'alerte aux tsunamis du Pacifique (PTWC) prévenait que "de dangereuses vagues de tsunami (...) [étaient] possibles dans un rayon de 300 km autour de l'épicentre le long des côtes du Japon". Des vagues allant jusqu'à cinq mètres de haut étaient redoutées. 

Toutefois, en début d'après-midi (heure française), l'Institut d'études géologiques des États-Unis annoçait que la menace de tsunami était "largement passée."

Des lames de 1,2 mètre de haut causées par le tsunami ont touché le port de Wajima, dans la péninsule de Noto à 16h21 (heure local), rapporte l'agence météorologique japonaise. D'autres vagues ont été observées à Toyama (0.8m), Tobishima (0.2m), Sado Washizaki (0.2m), Kanazawa (0.4m) et Kashiwazaki Kujiranami (0.4m). 

Vigilance en Russie et en Corée du Sud

Quelques pays situés dans la région ont, eux aussi, relevé ponctuellement leur niveau de vigilance tsunami. Une alerte a ainsi été émise pour la ville de Vladivostok, située à l'extrême est de la Russie, a annoncé l'administration de la ville. "Les pêcheurs et tous ceux qui prévoient de sortir en mer doivent retourner immédiatement sur la côte. Selon le Centre des tsunamis, des vagues de tsunami de 0,3 mètre sont attendues dans la baie d'Oussouri, atteignant la côte de Vladivostok vers 19h36 (10h36 en France)", affirme-t-elle, dans des propos rapportés par TASS.

De même, l'Administration météorologique de Corée (KMA) a affirmé que le tsunami sur les côtes japonaises pourrait entraîner une élévation du niveau de la mer au large de la Corée du Sud. Selon l'agence Yonhap news agency, cette augmentation sera inférieure à 50 centimètres, bien qu'elle puisse augmenter au moment d'atteindre le rivage. 

Situé sur la ceinture de feu du Pacifique, le Japon est l'un des pays où les séismes sont les plus fréquents au monde. L'archipel applique en conséquence des normes de construction extrêmement strictes et les habitants sont rompus à ce genre de situations, auxquelles ils se préparent régulièrement. Mais le Japon reste hanté par le souvenir du terrible séisme de magnitude 9,0 suivi d'un tsunami géant en mars 2011 sur les côtes nord-est du pays, une catastrophe qui a fait quelque 20.000 morts et disparus.


Maxence GEVIN

Tout
TF1 Info