La crise du pouvoir d'achat, impulsée par une inflation galopante, frappe durement les emblématiques pubs britanniques.
Le nombre de faillites dans le secteur a augmenté de 83% sur un an, a indiqué lundi le cabinet britannique d'experts-comptables, UHY Hacker Young.

Attention, monument(s) en danger. Charges en hausse et ventes en baisse : les pubs britanniques sont frappés de plein fouet par l'actuelle crise du pouvoir d'achat, qui touche aussi le Royaume-Uni. Déjà fragilisés par la pandémie du Covid-19 et les restrictions sanitaires, de nombreux établissements mettent la clé sous la porte face à la forte inflation. Selon UHY Hacker Young, un cabinet d'experts-comptables, les faillites dans le secteur ont augmenté de 83% au cours de l'année 2022. 512 établissements ont ainsi déposé le bilan, contre 280 lors de l'exercice précédent. 

"Après une période difficile pendant la pandémie, de nombreux pubs et bars se retrouvent avec très peu d'économies ou de capacité à emprunter davantage", et pour certains, "le ralentissement économique actuel a été la dernière poussée vers l'insolvabilité", décrivent les spécialistes dans un communiqué publié ce lundi.

Des consommateurs plus prudents

Les aides gouvernementales, mises en place lors de la crise sanitaire, ont maintenu sous perfusion la plupart des entreprises. Mais en 2022, elles se sont, toutefois, montrées insuffisantes pour faire face à la flambée des prix de l'énergie. En parallèle, la crise du coût de la vie "a affecté les habitudes des consommateurs, les rendant moins susceptibles de dépenser" pour des choses non essentielles, souligne le cabinet. Les grèves des cheminots pour les salaires, qui se sont multipliées ces derniers mois dans le pays, ont aussi détourné les clients des pubs des centres-villes, déplore-t-il. 

Depuis plusieurs décennies, le nombre de pubs diminue lentement à travers le pays. Mais "les chocs récents comme la pandémie et la crise énergétique ont mis (ces établissements) sous une pression plus forte que jamais", note la fédération sectorielle, la British Beer and Pub Association (BBPA). 

En amont de la présentation du budget au Parlement le 15 mars prochain, l'organisation a d'ailleurs appelé le gouvernement à "investir dans des pubs et des brasseries maintenant ou à les perdre pour toujours", notamment via un régime fiscal plus avantageux. "Après presque trois ans extrêmement difficiles en raison de confinements, d'une crise énergétique, d'une perturbation des chaînes d'approvisionnement, de grèves et d'une baisse spectaculaire de la confiance des consommateurs", le secteur est à un tournant, assure la BBPA. Les prochains mois seront très certainement décisifs. 


M.G avec AFP

Tout
TF1 Info