Boris Johnson : après le "partygate", l'ex-Premier ministre devient... éditorialiste au "Daily Mail"

par I.N
Publié le 17 juin 2023 à 10h38

Source : JT 20h Semaine

Retour aux sources pour Boris Johnson.
L'ancien Premier ministre britannique va devenir éditorialiste pour le tabloïd conservateur "Daily Mail".
Son embauche a déjà été étrillée par la commission chargée d'encadrer les nominations d'élus dans le privé afin d'éviter les conflits d'intérêts.

Une reconversion surprenante... et pas tout à fait dans les règles. L'ancien Premier ministre britannique Boris Johnson, qui a démissionné de son poste de député la semaine dernière, a déjà trouvé de quoi occuper son temps libre. Vendredi 16 juin, il a été embauché comme éditorialiste par le tabloïd conservateur Daily Mail. Il doit désormais y publier un éditorial chaque samedi.

La commission chargée de surveiller les conflits d'intérêt pas consultée

Un emploi qui suscite la controverse. Boris Johnson a quitté son poste de chef du gouvernement britannique en septembre 2022, après de multiples polémiques. Or, d'après la BBC, chaque membre du gouvernement doit demander au Comité consultatif sur les nominations professionnelles avant de reprendre un emploi dans le privé, et ce dans un délai de deux ans après avoir cessé ses missions au sein de l'exécutif. Ce que Boris Johnson a fait... 30 minutes avant l'annonce du Daily Mail, selon la même source.

"Une demande reçue 30 minutes avant l'annonce d'une nomination représente une claire violation des règles", estime un porte-parole du Comité. "Le code ministériel stipule que les ministres doivent s'assurer qu'aucune nouvelle nomination n'est annoncée avant que le comité n'ait pu donner son avis. [...] Nous avons écrit à Boris Johnson pour obtenir des explications et publierons une correspondance en temps voulu." Le comité ne peut toutefois pas imposer de sanction.

Avant de se consacrer à la politique comme maire de Londres et dans plusieurs gouvernements, Boris Johnson avait commencé comme journaliste stagiaire au Times grâce à des relations familiales. Il en avait été rapidement renvoyé pour une citation inventée. Il était devenu en 1989 correspondant à Bruxelles du Daily Telegraph, où il étrillait les institutions européennes, avant de devenir chroniqueur politique à Londres pour ce quotidien conservateur et le magazine The Spectator.


I.N

Tout
TF1 Info