Covid-19 : la propagation fulgurante du variant Omicron

Covid-19 : Boris Johnson annonce la fin de l'essentiel des restrictions en Angleterre

LC. avec AFP
Publié le 19 janvier 2022 à 19h33
JT Perso

Source : JT 13h WE

DÉCRUE - Le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé ce mercredi mettre fin, dès la semaine prochaine, à l’essentiel des restrictions sanitaires imposées pour lutter contre le variant Omicron en Angleterre.

Ces allègements arriveront-t-ils bientôt chez nous ? Ce mercredi, le Royaume-Uni, durement touché par la vague Omicron, entrevoit "la lumière au bout du tunnel". Le Premier ministre Boris Johnson a engagé, au Parlement, la levée des dernières restrictions en Angleterre.

Avec plus de 153.017 morts depuis le début de l'épidémie, le pays a subi une déferlante Omicron fin d'année 2021. Durant cette période, l'Angleterre a connu des records de contaminations quotidiennes, culminant à plus de 200.000 cas positifs le 14 décembre. Toutefois, les contaminations ont depuis amorcé une forte baisse et les hospitalisations se sont peu à peu stabilisées. Les dernières données disponibles montrent ainsi une chute de près de 40% du nombre de nouveaux cas hebdomadaires. Le nombre de patients en soins intensifs, resté faible pendant la vague Omicron, diminue également.

Plus des "restrictions", des "recommandations"

Face à ces chiffres rassurants, "il y a de fortes chances que la vague Omicron ait maintenant atteint son pic au niveau national", a insisté Boris Johnson au Parlement, en s'appuyant sur les derniers avis scientifiques britanniques. Aussi "si le Covid devient endémique, nous devons remplacer les obligations légales par des conseils et recommandations", a-t-il souligné.

Dès lors, à partir de jeudi 27 janvier, le port du masque ne sera plus légalement obligatoire, mais seulement recommandé dans les endroits fermés et bondés. Le rectangle bleu est également abandonné dès jeudi dans les écoles. De l'autre, le pass sanitaire ne sera plus imposé pour l'accès aux boîtes de nuit et certains grands rassemblements. Le télétravail, qui sera renforcé en France, n'était déjà plus recommandé dans le pays d'Elizabeth II. 

Souvent critiqué pour sa gestion chaotique de la crise sanitaire, le dirigeant conservateur a aussi annoncé prévoir la fin de l'isolement pour les cas positifs, déjà réduit à cinq jours moyennant des tests négatifs, d'ici au mois de mars. "Nous n'obligeons pas légalement les gens à s'isoler s'ils ont la grippe", s'est-il justifié, tout en voulant faire preuve de "prudence, car la pandémie n'est pas finie"

Covid-19 : bientôt la fin de la pandémie, vraiment ?Source : TF1 Info
JT Perso

Reste que cet allégement, selon le dirigeant conservateur, est rendu possible par deux facteurs : le dépistage à grande échelle et une campagne de vaccination massive.

Selon les chiffres du gouvernement, plus de 83% des Britanniques de plus de 12 ans ont déjà reçu deux doses de vaccin contre le Covid-19, et presque 64% ont eu une dose de rappel, dont plus de la majorité chez les plus de 60 ans en Angleterre. Devant les députés, Boris Johnson a une nouvelle fois appelé les Britanniques qui n'ont pas encore tendu une troisième fois le bras à le faire, arguant "qu'environ 90%" des personnes en soins intensifs n'en avaient pas eu. 

Plus tôt dans la semaine, le gouvernement indépendantiste écossais avait aussi annoncé la levée, dès lundi, de la plupart des restrictions en place, permettant la réouverture des discothèques et supprimant la limitation à trois ménages pour les réunions à l'intérieur. Plus à l'Ouest, le Pays de Galles où, comme son voisin, les cas continuent de baisser, prévoit également une sortie progressive des restrictions liées au virus.


LC. avec AFP

Tout
TF1 Info