Liz Truss, l'éphémère Première ministre britannique

Royaume-Uni : la Première ministre Liz Truss démissionne, après à peine six semaines au pouvoir

A. Lo.
Publié le 20 octobre 2022 à 14h44
JT Perso

Source : TF1 Info

Nommée le 5 septembre dernier, la Première ministre britannique Liz Truss a annoncé sa démission.
La cheffe du gouvernement était fragilisée par des appels à la démission de plus en plus pressants au sein de son propre camp.
Liz Truss a assuré qu'elle resterait Première ministre le temps qu'un successeur soit désigné.

Le mandat le plus court de l'histoire britannique. Arrivée le 5 septembre dernier, la Première ministre britannique Liz Truss est de nouveau apparue devant le 10 Downing Street, cette fois-ci pour annoncer sa démission, soit moins de six semaines après avoir été nommée. Un revirement alors qu'elle avait déclaré via son porte-parole avoir aucunement l'intention de renoncer, et ce, malgré des appels à la démission de plus en plus pressants au sein de son propre camp.

Une Première ministre plus acculée que jamais

"Vu la situation, je ne peux pas remplir le mandat sur lequel j'ai été élue par le Parti conservateur", a-t-elle déclaré lors de sa courte prise de parole. Elle a précisé qu'un scrutin en interne allait se tenir pour lui succéder "d'ici à la semaine prochaine". Elle avait expliqué qu'elle resterait à la tête du gouvernement en attendant.

Mais le renoncement à son couteux programme économique et la démission de deux ministres importants au sein de son gouvernement ont finalement poussé Liz Truss vers la sortie, alors que la Première ministre était plus impopulaire que jamais au sein de l'opinion. Pour les conservateurs, l'enjeu maintenant est de trouver un successeur capable à la fois de rassembler le parti et d'inspirer confiance dans un pays qui, au-delà du chaos politique, subit une crise économique et sociale majeure avec une inflation qui a atteint en septembre 10,1%, un sommet en 40 ans. 

Lire aussi

Après 12 ans au pouvoir, le parti conservateur parait néanmoins divisé et incapable de s'entendre sur le nom du prochain Premier ministre. L'opposition travailliste continue, elle, de caracoler dans les sondages. À l'annonce de la démission de la Première ministre, le chef de l'opposition britannique, le travailliste Keir Starmer, a appelé à la tenue d'élections législatives dès "maintenant".


A. Lo.

Tout
TF1 Info