Le "fish and chips" anglais victime inattendue de la guerre en Ukraine ?

par A. LG avec AFP
Publié le 18 janvier 2024 à 15h22, mis à jour le 18 janvier 2024 à 16h36

Source : JT 20h Semaine

Le fish and chips anglais pourrait être indirectement menacé par le conflit en Ukraine.
Le gouvernement russe envisage de mettre fin à un accord de longue date avec le Royaume-Uni qui leur donne accès à des zones de pêche riches en morue et en églefin.
Or, 40% du poisson utilisé outre-Manche pour préparer le très populaire plat britannique vient de ces zones.

C'est un effet inattendu de la guerre en Ukraine. Symbole national d’une gastronomie populaire et bon marché, le "fish and chips" britannique pourrait être menacé par la rupture potentielle d'un accord vieux de plusieurs décennies entre le Royaume-Uni et la Russie, qui cherche à réagir aux sanctions qui lui sont imposées. 

Le gouvernement russe envisagerait en effet de mettre fin à une autorisation d'accès aux principales zones de pêche réputées pour la morue et l'églefin, selon le journal russe Izvestia. Ce dernier rapporte que le ministère de l'Agriculture du pays a soumis un projet de loi en ce sens, précisant que l'accord visé a été signé en 1956, et autorise les navires britanniques à pêcher dans la mer de Barents, au large de la côte nord de la Norvège.

40% du poisson consommé au Royaume-Uni

Cette décision intervient alors que la Grande-Bretagne a imposé des sanctions sur une série de produits russes mais fait surtout suite à la décision du Royaume-Uni de refuser à la Russie l'accès au statut de nation la plus favorisée, une clause fréquente des traités de commerce international. "La dénonciation de l'accord (de 1956) n'entraînera pas de conséquences graves en matière de politique étrangère et d'économie pour la Fédération de Russie", affirme Izvestia citant des documents gouvernementaux et évoquant un accord unilatéral qui n'avantageait pas la Russie. 

En revanche, selon des chiffres relayés par Sky News il y a quelques mois, jusqu'à 40 % de la morue et de l'aiglefin consommés au Royaume-Uni et utilisés pour préparer le très populaire plat britannique proviennent de la mer de Barents. Né dans les années 1860, jadis servi dans du papier journal, ce dernier est traditionnellement fait d'un filet de poisson blanc pané frit et de frites, parfois accompagnés d’une purée de pois et de sauce tartare. 

À noter que quelques mois après le début du conflit, au printemps 2022, les vendeurs de "fish and chips" britanniques avaient déjà alerté sur la menace planant sur ce plat. Cette année-là, des droits de douanes de 35% ont été annoncés à la mi-mars par Londres contre le poisson blanc russe, ajoutant aux inquiétudes, alors que les fish and chips étaient déjà confrontés à la flambée du prix du gaz. 

Dans ce contexte, des vendeurs constataient déjà une raréfaction du poisson et des prix ayant doublé par rapport à 2021. Selon eux, le poisson était devenu d'autant plus rare et cher que certains bateaux britanniques ne partent plus pêcher à cause du prix du carburant. Enfin, l'Ukraine est aussi le premier exportateur mondial d'huile de tournesol, utilisée pour la friture. 


A. LG avec AFP

Tout
TF1 Info