Navalny-Poutine : le conflit sans fin

Un "camp de concentration" : Alexeï Navalny décrit son lieu de détention en Russie

M.L. avec AFP
Publié le 17 mars 2021 à 7h03
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

SURVEILLANCE - L'opposant russe a été transféré dans une colonie pénitentiaire connue pour sa dureté après sa condamnation en appel fin février. Il purge une peine de deux ans et demi de prison.

Depuis plusieurs jours, les avocats d’Alexeï Navalny essayaient de confirmer le lieu où leur client avait été incarcéré après son transfert, fin février, à la suite de sa condamnation en appel. Ce lundi 15 mars, un message a été publié sur le compte Instagram de l’opposant dans lequel il affirme se trouver dans la colonie pénitentiaire n°2, près de Pokrov, à l'est de Moscou. 

"Il faut reconnaître que le système carcéral russe a réussi à me surprendre. Je ne pensais pas qu'on pouvait construire un camp de concentration à 100 km de Moscou", est-il écrit en légende d’une ancienne photo de lui, crâne rasé. La prison a déjà été qualifiée de particulièrement dure par d’anciens détenus. 

Citée par les agences de presse russes, l'avocate Olga Mikhaïlova, qui le défend, a déclaré qu'elle avait pu finalement rencontrer son client, qui affirme ne pas avoir subi de violences.

La colonie pénitentiaire est l'un des 684 camps de travail russes, dans lesquels vivent 393.000 prisonniers. Konstantin Kotov, un opposant qui y a été détenu plus d’un an pour avoir enfreint la loi  sur les manifestations, évoquait ainsi une absence de temps libre et une coupure du monde extérieur. Alexeï Navalny décrit quant à lui une omniprésence des caméras. "Tout le monde est sous surveillance et la moindre infraction donne lieu à un rapport", rapporte le texte.

Le militant purge une peine de deux ans et demi de prison. Après cinq mois de convalescence liés à un empoisonnement dont il accuse le Kremlin, il était rentré en Russie et arrêté en janvier. Visé par nombreuses poursuites, Alexeï Navalny a été condamné pour violation de son contrôle juidiciaire dans le cadre affaire de fraude remontant à 2014. Un jugement que l’opposant, des ONG et de nombreux gouvernements occidentaux ont qualifié de politique.


M.L. avec AFP

Tout
TF1 Info