La Russie accuse l'Ukraine d'avoir joué un rôle "clé et direct" dans l'assaut de l'aéroport de Makhatchkala, envahi dimanche soir par une foule hostile à Israël.
Un appel à la haine et aux violences lancé sur les réseaux sociaux, notamment via un canal Telegram du Daghestan qui ne cesse d'alimenter la haine des Juifs auprès de ses dizaines de milliers d'abonnés.
On fait le point sur ce que l'on sait.

La haine alimentée par les réseaux sociaux. Derrière les scènes d'émeutes antisémites survenues à l'aéroport de Makhatchkala (Russie), où un avion en provenance de Tel Aviv a été la cible d'une foule de manifestants ce dimanche 29 octobre, se cacherait un canal Telegram baptisé "Utro Daghestan" ("Matin Daghestan"), suivi par 65.000 abonnés. 

Et pour cause : si le Kremlin accuse l'Ukraine d'avoir joué un rôle "clé et direct" dans l'assaut, c'est sur ce compte que l'horaire d'arrivée du vol a été partagé quelques heures auparavant, avec ce message en guise d'introduction : "Allons à la rencontre des 'invités' non désirés !"

Hostilité assumée

Depuis le 7 octobre et l'attaque perpétrée par des commandos du Hamas contre Israël, ce canal russophone distille sa haine farouche de l'État hébreu. Une hostilité qui s'est renforcée ces derniers jours. La lecture des messages publiés depuis jeudi en témoigne : le soutien aux Palestiniens de la bande de Gaza a rapidement laissé place au rejet pur et simple des Juifs, et plus particulièrement des "Juifs de Boukhara" ("яхуди" en russe), originaires de cette partie de l'Asie centrale. 

Si bon nombre d'entre eux ont quitté la région pour rejoindre Israël ou les États-Unis, à cause des insurrections islamistes comme de la politique anti-religieuse de l'époque soviétique, le canal "Utro Daghestan" s'est fait l'écho d'une rumeur : certains de ces Juifs chercheraient à revenir dans le sud-ouest de la Russie en raison de la guerre au Proche-Orient.

Une théorie aux relents complotistes qui, dès le 27 octobre, a poussé l'administrateur du groupe à publier un message sans équivoque : "On le dit à tous les Juifs de Boukhara, vous n'avez pas votre place ici." Toute personne venant d'Israël est dépeinte comme ayant "servi dans l'armée de Tsahal", tous les Juifs comme des ennemis qui auraient "abusé de nos frères en les torturant et même en les tuant" et chercheraient maintenant à coloniser le Daghestan. "Nous allons vous traquer et vous enfumer", prévient-il, mettant ses menaces à exécution avec l'aide de ses dizaines de milliers d'abonnés. 

Le groupe révèle notamment les "localisations" supposées de personnes de confession juive. Vendredi, il appelle par exemple au "boycott" d'une agence immobilière qui aurait accepté de louer des appartements à des membres de la communauté. Le lendemain, il propose de "vérifier tous les hôtels de Derbent", ville des rives de la mer Caspienne, après avoir appris que l'un d'eux hébergeait des Juifs. "Nous trouverons tous les rats", prévenait-il alors dans un autre message. Un seul objectif, glaçant : "Que chaque Juif boukharien qui se trouve sur notre terre sente le feu sous des pieds."

Un message antisémite appelant à traquer les Juifs dans leur hôtel, publié le samedi 28 octobre 2023 sur Telegram
Un message antisémite appelant à traquer les Juifs dans leur hôtel, publié le samedi 28 octobre 2023 sur Telegram - Capture d'écran / Telegram

Des appels à la violence qui ont dépassé les frontières du Daghestan. À Nalchik, dans la région voisine de Kabardino-Balkarie, le chantier d'un centre juif a notamment été incendié dimanche et le message "mort aux Juifs" inscrit sur la façade. Et c'est dans ce contexte déjà inflammable qu'est apparue la capture d'écran mentionnant les informations relatives au vol Tel Aviv-Makhatchkala, mettant le feu aux poudres. 

La capture d'écran du vol en provenance de Tel-Aviv à destination de l'aéroport de Makhatchkala, envoyé sur Telegram le dimanche 29 octobre 2023
La capture d'écran du vol en provenance de Tel-Aviv à destination de l'aéroport de Makhatchkala, envoyé sur Telegram le dimanche 29 octobre 2023 - Capture d'écran / Telegram

Supprimée depuis, la publication était accompagnée de 19 instructions très précises concernant les passagers. Les abonnés d'"Utro Daghestan" y recevaient l'ordre d'assiéger l'aéroport, d'interroger les voyageurs, de leur soutirer passeport et téléphone portable, mais aussi d'exiger qu'ils dénoncent le gouvernement israélien devant une caméra. Avec cette consigne : "Aucune voiture ne doit quitter l'aéroport aujourd'hui sans notre inspection." Un appel à la violence et à l'illégalité assumée, son auteur soulignant "qu'il n'y a pas de lois sur ce territoire où nous sommes les maîtres musulmans".

Quel lien avec l'Ukraine ?

Principal instigateur de la haine antisémite décelée ces derniers jours dans la région, "Utro Daghestan" n'est toutefois pas le seul. D'autres comptes ont, eux aussi, participé à l'alimenter sur la messagerie Telegram. Mais alors pourquoi le Kremlin a-t-il dénoncé une "ingérence extérieure" avant d'imputer à l'Ukraine et ses alliés occidentaux l'organisation de l'assaut ? Sans plus de précisions, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a évoqué le rôle supposé d'Ilia Ponomarev, un opposant russe exilé à Kiev. 

Ancien chef de la légion "Liberté de la Russie", cet ex-parlementaire qui avait voté contre l'annexion de la Crimée en 2014 a plusieurs fois laissé entendre qu'il était derrière ce canal Telegram. Pas plus tard qu'en août dernier, il évoquait le compte en parlant de "notre chaîne 'Utro Daghestan'", tandis que, trois mois plus tôt, il assurait faire partie de ses "financeurs", précisant toutefois ne pas décider de "la politique de publication".

Le canal en question a quant à lui nié toute relation avec l'ancien député de la Douma. Dans un message publié dimanche, l'administrateur affirmait que son équipe et lui n'étaient rien d'autre que des "Daghestanais musulmans totalement indépendants" agissant "dans le souhait d'Allah". Et s'il se revendiquait comme "allié des Ukrainiens contre le gouvernement d'occupation russe", il faisait part de son opposition à Volodymyr Zelensky en raison de son soutien à la politique d'Israël. 

Assaut d'un aéroport au Daghestan : la Russie met en cause l'UkraineSource : TF1 Info

En résumé, c'est bien un canal Telegram russophone implanté au Daghestan qui est à l'origine de l'assaut contre l'avion venu d'Israël. Un compte - inaccessible depuis lundi - dont l'identité de l'administrateur reste inconnue, mais qui pourrait bien pousser les Juifs de la région à l'exil. Dans la presse locale, les autorités religieuses ont laissé entendre qu'elles envisageaient l'évacuation d'environ 800 familles juives du Daghestan face à la série de "pogroms" en cours. 

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur X : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Felicia SIDERIS

Tout
TF1 Info