Guerre en Ukraine : pour les civils, la fuite ou le chaos

Interruption du JT russe : la France prête à accorder une "protection consulaire" à la journaliste Marina Ovsiannikova

Matthieu DELACHARLERY (avec AFP)
Publié le 15 mars 2022 à 15h28, mis à jour le 15 mars 2022 à 17h19
JT Perso

Source : TF1 Info

La journaliste russe Marina Ovsiannikova a protesté lundi contre l'offensive militaire en brandissant une pancarte "Stop à la guerre" lors du JT le plus regardé de Russie.
La jeune femme risque jusqu'à 10 jours de prison pour ce geste de protestation.

La France se dit prête à accorder "une protection consulaire" à la journaliste russe qui a protesté en direct contre la guerre en Ukraine, soit à l'ambassade, soit en lui accordant l'asile, a annoncé ce mardi Emmanuel Macron. "Nous allons lancer des démarches visant à offrir une protection, soit à l'ambassade, soit asilaire, à votre confrère", a-t-il dit devant la presse, ajoutant qu'il aurait "l'occasion lors de (son) prochain entretien avec le président Poutine de proposer cette solution de manière directe".  

L'audience s'est tenue ce mardi, et Marina Ovsiannikova a été condamnée à une amende et libérée. La protestataire n'a finalement pas été inculpée du crime de publication d'"informations mensongères" sur l'armée russe, passible d'une peine maximale de 15 ans de prison. Avant son audience, l'avocat de la journaliste russe a estimé qu'"il y a une forte probabilité que les autorités en fassent un exemple pour faire taire d'autres protestataires".

Lire aussi

Il y a une forte probabilité que les autorités en fassent un exemple pour faire taire d'autres protestataires

L'avocat de Marina Ovsiannikova.

Née à Odesssa en Ukraine, Marina Ovsiannikova a fait irruption lundi soir en plein direct sur le plateau de l'un des journaux télévisés les plus regardés de Russie, sur la chaîne fédérale pro-Kremlin Pervy Kanal, avec une pancarte sur laquelle on pouvait lire : "Non à la guerre. Ne croyez pas la propagande. On vous ment, ici". Dans une vidéo enregistrée avant de passer à l'acte, la journaliste russe a expliqué que son père est ukrainien, sa mère russe, et qu'elle ne supporte plus la diffusion de "mensonges" qui "zombifient" les Russes.


Matthieu DELACHARLERY (avec AFP)

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info