Annexions, mobilisation... Poutine choisit l'escalade

VIDÉO - Une liste d'Occidentaux "à tuer" : les menaces de la propagande pro-Poutine à la télévision russe

La rédaction de TF1info
Publié le 6 octobre 2022 à 11h02
JT Perso

Source : TF1 Info

Le propagandiste pro-Poutine Yevgeny Satanovsky a affirmé, mardi 4 octobre, avoir en sa possession une "liste" noire de responsables occidentaux à tuer.
Il a ciblé "100 à 200" dirigeants occidentaux, en direct à la télévision russe.

"Que doit faire la Russie ?" Depuis plus d'un mois, l'Ukraine regagne petit à petit ses territoires perdus. Sur le front, les zones libérées par les troupes de Kiev se comptent par dizaines. Désormais, c'est dans les régions de Lougansk à l'est et de Kherson au sud que les percées militaires ukrainiennes se matérialisent et font refluer l'armée russe. Dans ce contexte, un retrait de Moscou pourrait paraître judicieux. Sauf qu'il n'en sera rien, puisque le président russe Vladimir Poutine a assuré, mercredi 6 octobre, être convaincu que la situation militaire se "stabilisera" dans les territoires dont il revendique l'annexion.

Outre la poursuite de l'opération militaire en Ukraine, et ce quoi qu'il en coûte, les pro-Kremlin vont jusqu'à défier l'entendement. Pour inverser le cours de la guerre, ils proposent de "tuer" les principaux leaders occidentaux, qui aident actuellement Kiev à se défendre contre l'invasion russe. C'est l'idée folle émise par Yevgeny Satanovsky, l'un des propagandistes pro-Poutine les plus en vue en Russie, invité de l'émission télévisée d'État "La soirée avec Vladimir Soloviev", mardi 4 octobre. 

Une liste de "100 à 200" noms ?

"Comment gagnons-nous ? Comment réagir ? Que doit faire la Russie ?", l'interroge le présentateur. Ce à quoi le président de l'Institut russe du Moyen-Orient, qui a aussi dirigé le Congrès juif russe, répond : "La Russie est ce qu'elle est, en tant que Nation. Nous continuerons d'être comme nous sommes. Ceux qui sont avec nous iront bien, et les autres, nous les tuerons..."

Lire aussi

Relancé pour préciser s'il est question de "tuer" les quelque 1,5 milliard de personnes vivant dans les pays de l'Otan, Yevgeny Satanovsky rétorque : "Non, ceux contre nous ne sont qu'un petit groupe, ils sont environ 100 à 200." "Ils devraient se rendre compte que, le moment venu, ce sera la fin pour eux, personnellement", ajoute-t-il, en guise de menace à peine voilée. "Je peux vous dire que j'ai déjà une liste qui inclut des gens que vous connaissez, mais aussi des gens que vous ne connaissez pas."


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info