Annexions, mobilisation... Poutine choisit l'escalade

Russie : Vladimir Poutine a-t-il été soigné pour un cancer en avril dernier ?

M.G
Publié le 2 juin 2022 à 18h59
JT Perso

Source : TF1 Info

Vladimir Poutine aurait subi, en avril dernier, un traitement contre un cancer avancé, affirment plusieurs responsables du renseignement américain.
Toutefois, avertissent-ils, l'état de santé du président russe reste très flou.

Les spéculations se multiplient autour d'une potentielle maladie de Vladimir Poutine. La dernière en date, celle d'un possible cancer. Ainsi, le président russe aurait suivi, en avril dernier, un traitement contre un cancer avancé, rapporte jeudi Newsweek. Le magazine s'appuie sur un récent rapport des services secrets américains. 

Un dirigeant de plus en plus affaibli

Des responsables de trois agences de renseignements -  un de la DNI, un de la DIA et un officier supérieur de l'armée de l'air à la retraite - préviennent toutefois que l'isolement croissant du dirigeant rend d'autant plus difficile l'évaluation précise de son état de santé. "L'une des sources de nos meilleurs renseignements, à savoir les contacts avec l'extérieur, s'est largement tarie à la suite de la guerre en Ukraine", explique un haut fonctionnaire de la DIA, sous couvert d'anonymat. Pour ne rien arranger, "Poutine a eu peu de rencontres avec des dirigeants étrangers", rendant d'autant plus difficile la récolte d'informations fiable. "Ce que nous savons, c'est qu'il y a un iceberg là-bas, bien qu'il soit couvert de brouillard."

L'emprise de Poutine est forte mais plus absolue

Renseignements américains

Washington considère par ailleurs que "les manœuvres à l'intérieur du Kremlin n'ont jamais été aussi intenses depuis qu'il (Poutine, ndlr) est au pouvoir, chacun sentant que la fin est proche". Une tel bras de fer au plus haut niveau de l'État tente à renforcer la thèse d'un président affaibli. "L'emprise de Poutine est forte mais plus absolue", notent les renseignements américains. "Quelqu'un autrefois considéré comme omnipotent était maintenant surtout vu comme luttant contre l'avenir, le sien en particulier", ajoutent-ils. Selon eux, "l'insistance de Lavrov (le ministre des Affaires étrangères russe, ndlr) à dire que tout est normal est autant une déclaration d'allégeance à Poutine qu'une sorte de diagnostic à écouter". Comprendre, il n'y a pas de fumée sans feu. 

Lire aussi

Quelles conséquences pour la suite ?

Pour autant, les services secrets américains appellent à "être attentifs à l'influence des vœux pieux". Autrement dit, il faut éviter d'accorder trop de crédits à ces informations dont la fiabilité n'est pas encore établie. "Nous avons appris - ou n'avons pas appris - cette leçon à la dure avec Oussama ben Laden et Saddam Hussein", rappellent-ils. "Poutine est-il malade ? Absolument. Mais nous ne devrions pas laisser l'attente de sa mort conduire à des actions proactives de notre part", ajoutent-ils. "Une Russie dotée de l'arme nucléaire reste une Russie dotée de l'arme nucléaire, que Poutine soit fort ou faible, en place ou non", concluent ces hauts responsables. 

À noter que le rapport en question confirme également la tentative d'assassinat sur Vladimir Poutine en mars dernier. 


M.G

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info