Sahara occidental : pourquoi l’Algérie suspend le traité d’amitié avec l’Espagne

Dylan Veerasamy avec AFP
Publié le 9 juin 2022 à 7h25
Des manifestants dans les rues à propos du sort du Sahara occidental.

Des manifestants dans les rues à propos du sort du Sahara occidental.

Source : Pierre-Philippe MARCOU / AFP

L’Algérie a annoncé ce mercredi 8 juin avoir suspendu le traité d’amitié mis en place avec l’Espagne.
Le traité, mis en place depuis 2002, permettait un développement dans la coopération des deux pays au niveau économique et militaire.
La position de Madrid sur le Sahara occidental est à l’origine de cette discorde.

À la suite de nombreuses années de relations stables, l’Algérie frappe un grand coup dans ses relations diplomatiques avec l’Espagne. Vingt ans après la signature du traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération, Alger a annoncé, ce mercredi 8 juin, avoir suspendu le traité conclu avec Madrid.

Réaction à la position espagnole sur le Sahara occidental

Cette annonce intervient en réaction au changement de position de l’Espagne au sujet du Sahara occidental. Ce territoire est revendiqué par le Maroc ainsi que par le Front Polisario. Le 18 mars dernier, Madrid a annonce son soutien au projet d’autonomie marocain, suscitant la colère d'Alger, principal soutien du mouvement indépendantiste sahraoui du Front Polisario.

Dans un communiqué, la présidence algérienne a estimé que la nouvelle position des autorités espagnoles était en "violation de leurs obligations juridique, morale et politique". "Ces mêmes autorités (espagnoles) qui assument la responsabilité d'un revirement injustifiable de leur position depuis les annonces du 18 mars 2022 par lesquelles le gouvernement espagnol actuel a apporté son plein soutien à la formule illégale et illégitime de l'autonomie interne préconisée par la puissance occupante, s'emploient à promouvoir un fait accompli colonial en usant d'arguments fallacieux", a ajouté la présidence algérienne.

Lire aussi

De son côté, Madrid a réagi à l’annonce d’Alger, et “regrette l’annonce de la présidence” algérienne. L’Espagne "considère l'Algérie comme un pays voisin et ami et réitère sa disponibilité entière pour continuer à maintenir et à développer les relations spéciales de coopération entre les deux pays".


Dylan Veerasamy avec AFP

Tout
TF1 Info