Sainte-Sophie reconvertie en mosquée : une ouverture au public en dehors des heures de prière

par Maxence GEVIN
Publié le 15 juillet 2020 à 1h10
Sainte-Sophie reconvertie en mosquée : une ouverture au public en dehors des heures de prière

RELIGION - Les touristes pourront toujours visiter Sainte-Sophie malgré sa reconversion en mosquée. L'Autorité des Affaires religieuses en Turquie annoncé ce mardi qu'elle ne sera inaccessible au grand public que lors des prières musulmanes.

Les touristes peuvent souffler. Diyanet, l'Autorité turque des Affaires religieuse est catégorique : en dehors des heures de prières musulmanes, l'ancienne basilique Sainte-Sophie d'Istanbul, bientôt transformée en mosquée, restera ouvert au grand public. Elle attire plus de 3 millions de visiteurs par an, ce qui en fait l'une des principales attraction de Turquie.  

"Il n'existe aucun obstacle d'un point de vue religieux pour l'ouverture de Sainte-Sophie aux visiteurs en dehors des heures de prières", a indiqué l'institution ce mardi.

"Préserver l'héritage culturel de Sainte-Sophie"

Concrètement, le document précise que les "icônes (chrétiennes) devraient être dissimulées par des rideaux et d'autres moyens appropriés" seulement durant le temps des cinq prières musulmanes quotidiennes. L'architecture et l'aménagement de l'ex-basilique ne devraient donc pas subir de grandes modifications. 

Lire aussi

Une idée que défend Recep Tayyip Erdogan qui souhaite faire en sorte de "préserver l'héritage culturel de Sainte-Sophie". Le président turc a par ailleurs tenté d’apaiser les tensions en rappelant que Sainte-Sophie "a été reconverti de musée, et non pas d'église, en mosquée".

Sainte-Sophie, musée ou mosquée ? La polémiqueSource : Sujet TF1 Info

Le Conseil d'Etat turc a rendu vendredi 10 juillet une décision qui consacre la transformation de Sainte-Sophie en mosquée. D'abord basilique emblématique, elle était devenue une mosquée lors de la prise de Constantinople en 1453 puis un musée à partir de 1934. 

Cette prise de position a généré des tensions à l'international, Grèce, France et Etats-Unis s'y montrant fermement opposés. Le pape François avait aussi fait part de sa détresse en se disant "très affligé" par cette décision.


Maxence GEVIN

Tout
TF1 Info