Sécheresse : 2022, une année historique

Sécheresse en Italie : la production d'huile d'olive et de tomates menacée

Sébastie MASTRANDREAS
Publié le 15 juillet 2022 à 12h07
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

La moitié des exploitations agricoles de la vallée du Pô (nord de l'Italie) est menacée par la sécheresse historique qui frappe la région.
Résultat : les prix des produits phares produits dans la région devraient bondir de 50% ou plus.
Les importateurs envisagent dès lors de se tourner vers de nouvelles sources d'approvisionnement.

Les conséquences sont vertigineuses. Le nord de l'Italie connaît en effet une violente sécheresse, la pire qu'elle ait connu depuis 70 ans. Cinq régions ont été placées en état d'urgence, et notamment la vallée du Pô où les producteurs anticipent des cultures aux rendements catastrophiques. Contrairement aux agriculteurs du sud, les premiers ne sont pas habitués aux conditions extrêmes de sécheresse, ne disposant pas des mêmes systèmes d'irrigation.

La moitié des exploitations agricoles de la vallée du Pô, connue pour son jambon de Parme, est menacée par le manque d'eau, ainsi que 30% de la production agricole du pays, estime le plus grand syndicat agricole italien, la Coldiretti. Un coup dur qui devrait se répercuter directement sur les prix : ceux des produits phares - huile d'olive, risotto, riz ou encore passata (purée de tomates) - devraient bondir de 50%, ou plus. 

En Europe, les importateurs spécialisés envisagent dès lors de se tourner vers de nouvelles sources d'approvisionnement, explique le Guardian

"Brèche substantielle dans l'offre mondiale" d'huile d'olive

Cette année, la production italienne d'huile d'olive pourrait être inférieure de 20% à 30% par rapport à 2021, selon les analystes de Mintec (source d’informations de marchés relatives aux matières premières). Un phénomène qui n'épargne pas l'Espagne, elle aussi frappée par la sécheresse, et où les récoltes d'olive devraient chuter de 15%. Une "brèche substantielle dans l'offre mondiale" d'huile d'olive est donc attendue, explique Kyle Holland, analyste chez Mintec au Guardian. 

D'autant que les prix de l'huile d'olive italienne ont déjà augmenté de 28% en deux ans, selon l'organisme. En cause, les pénuries d'huiles de cuisson liée à la guerre en Ukraine, un important producteur de graines et d'huile de tournesol, et les difficultés d'acheminement de l'huile de palme en Asie du Sud-Est.

Lire aussi

Quant aux riz et aux tomates, leur coût a déjà plus que doublé au cours des deux dernières années, souligne Mintec. Les tomates devraient être récoltées dans les quinze prochains jours, plus tôt que d'habitude, et les prix devraient à nouveau augmenter pour la dernière récolte. Les prix du riz devraient, eux, augmenter d'au moins 20 % pour la récolte prévue en octobre. 


Sébastie MASTRANDREAS

Tout
TF1 Info