Plus de 50 séismes en moins de 4 heures au Japon : au moins quatre morts et d'importants dégâts

par A.B. avec AFP
Publié le 1 janvier 2024 à 23h13

Source : JT 13h Semaine

De puissants séismes ont frappé le centre du Japon, lundi.
Les secousses ont causé d'importants dommages et entraîné un tsunami de plus d'un mètre de haut par endroit.
Le dernier bilan communiqué par les autorités fait état de quatre morts.

La nouvelle année débute difficilement pour les Japonais. Le centre du pays a été frappé, lundi 1er janvier, par de puissants séismes qui ont causé d'importants dommages. Le plus important, d'une magnitude de 7,4 sur l'échelle de Richter, a entraîné une alerte au tsunami, obligeant des millions de personnes à évacuer vers les hauteurs de l'île principale de Hinshu. La secousse, dont l'épicentre se trouvait dans la préfecture d'Ishikawa, du côté de la mer du Japon, a été enregistrée à 16h10 (7h10 GMT), d'après l'institut de géophysique américain. 

Au total, en quatre heures, l'agence météorologique japonaise (JMA) a comptabilisé plus de 50 séismes de magnitude égale ou supérieure à 3,2 sur l'échelle de Richter dans la péninsule de Noto, au nord du département d'Ishikawa. Le séisme de magnitude 7,5 a été ressenti jusqu'à Tokyo, située à plus de 300 km à vol d'oiseau.

Quatre morts

Les autorités locales ont confirmé la mort de quatre personnes à la suite de ce séisme, alors qu'une alerte au tsunami avait aussitôt été déclenchée par la JMA, avertissant que des vagues de cinq mètres de haut étaient à craindre. Une alerte plus tard abaissée tandis que le scénario du pire ne s'est (heureusement) pas matérialisé. Les vagues les plus importantes de tsunami ont ainsi été mesurées dans le port de Wajima, atteignant 1,2 mètre de haut. D'autres vagues ont été observées à Toyama (0,8m), Tobishima (0,2m), Sado Washizaki (0,2m), Kanazawa (0,4m) et Kashiwazaki Kujiranami (0,4m). 

Ce sont les secousses qui ont provoqué les plus importants dégâts, en particulier sur des maisons anciennes, généralement bâties en bois. Des images de la télévision japonaise montraient par ailleurs un important incendie dévastant plusieurs bâtiments à Wajima. Sur une vidéo postée sur le réseau social X, on pouvait voir des maisons anciennes en bois effondrées. "C'est le district Matsunami de Noto. Nous sommes dans une situation horrible. S'il vous plaît, venez nous aider. Ma ville est dans une situation horrible", implore une personne dans cette vidéo.

Face à la situation, les États-Unis se sont dits prêts à fournir "toute aide nécessaire" au pays. "Mon administration est en contact avec les responsables japonais et les États-Unis se tiennent prêts à fournir toute aide nécessaire au peuple japonais", a assuré dans un communiqué le président américain Joe Biden, rappelant que le Japon et les États-Unis étaient "de proches alliés". Même solidarité du côté de l'Hexagone, Emmanuel Macron assurant au Premier ministre nippon qu'il pouvait "compter sur le soutien et l'aide de la France".

Situé sur la ceinture de feu du Pacifique, le Japon est l'un des pays où les séismes sont les plus fréquents au monde. L'archipel applique en conséquence des normes de construction extrêmement strictes, de sorte que les bâtiments résistent généralement à de puissants séismes, et les habitants sont rompus à ce genre de situations auxquelles ils se préparent régulièrement. Mais le Japon est hanté par le souvenir du terrible séisme de magnitude 9, suivi d'un tsunami géant en mars 2011 sur les côtes nord-est du pays, une catastrophe qui a fait quelque 20.000 morts et disparus. Ce désastre avait aussi entraîné l'accident nucléaire de Fukushima, le pire depuis celui de Tchernobyl en 1986.


A.B. avec AFP

Tout
TF1 Info