Un violent tremblement de terre de magnitude 7 a frappé une région frontalière entre la Chine et le Kirghizstan, dans la nuit du lundi 22 au mardi 23 janvier.
De nombreuses victimes et des dégâts importants pourraient être à craindre.
Les secousses ont été ressenties jusqu'en Inde, à 1400 kilomètres de l'épicentre.

La terre a tremblé au beau milieu de la nuit. Un séisme de magnitude 7 a frappé à la frontière entre la Chine et Kirghizstan, mardi 23 janvier, selon l'Institut géologique américain (USGS). Le séisme a été enregistré peu après 2h du matin (19h lundi à Paris), à une profondeur de 27 kilomètres dans la région chinoise du Xinjiang, à environ 140 kilomètres à l'ouest de la ville d'Aksu. Les secousses ont été ressenties au Kirghizstan et au Kazakhstan, selon les autorités de ces pays d'Asie Centrale.

Peu après, trois répliques ont été enregistrées dans la région de Xinjiang, d'une magnitude de 5,5, 5,1 et 5,0, informe l'USGS, estimant que des victimes étaient possibles, du fait de l'intensité du tremblement de terre ressenti jusqu'en Inde, à 1400 km de l'épicentre. "Des dommages importants sont probables et la catastrophe est potentiellement étendue", dit l'institut américain.

Trois répliques ont été ressenties

Au Kirghizstan, "aucune victime ni dégât n'a été rapporté pour l'instant" dans les zones touchées, a indiqué dans une vidéo le ministre kirghiz des Situations d'urgence, Boobek Ajikeïev, appelant les habitants à "ne pas paniquer". Selon lui, des secousses "particulièrement fortes" ont été ressenties dans certains districts de la région d'Issyk-Koul, dans l'est du pays.

À Bichkek, la capitale kirghize, des habitants sont sortis en courant de leurs habitations pour trouver refuge dans la rue, a raconté une journaliste de l'AFP. La force du séisme a fait trembler les murs, faisant tomber la vaisselle et les livres tandis que des meubles bougeaient, a-t-elle constaté. Des images publiées sur les réseaux sociaux et dans les médias locaux montrent des résidents d'Almaty, la plus grande ville du Kazakhstan, dans la rue à la suite des secousses.

Ce séisme intervient au lendemain d'un glissement de terrain, qui a enseveli des dizaines de personnes et provoqué la mort d'au moins huit morts dans le sud-ouest de la Chine. Il succède aussi à un important tremblement de terre survenu, le 19 décembre dernier, qui a fait 148 morts et des milliers de sans-abris dans la province de Gansu. Ce séisme a été le plus meurtrier en Chine depuis le 3 août 2014, lorsque plus de 600 personnes avaient été tuées dans la province du Yunnan.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info