Des milliers d'immeubles se sont écroulés sous l'effet d'un tremblement de terre spectaculaire, qui a ébranlé lundi la Turquie et la Syrie, faisant plus de 21.700 morts selon les derniers bilans.
Nombre de constructions étaient trop fragiles pour résister à la puissance du choc, explique sur LCI Boris Weliachew, architecte spécialiste des risques majeurs.

D'heure en heure, le bilan du séisme qui a frappé lundi la Turquie et la Syrie ne cesse de grimper, pour atteindre le chiffre vertigineux de plus de 21.700 morts ce vendredi matin, selon les dernières remontées officielles. Un drame à l'ampleur inédite depuis une vingtaine d'années dans la région, qui s'explique notamment par la faiblesse de certaines architectures. "Sur le pourtour méditerranéen dans son ensemble, il y a des techniques de construction plus fragiles que ce que l'on fait au Japon, par exemple", un pays éprouvé par des séismes bien plus forts encore, mais où les bâtiments sont plus solides, explique sur LCI Boris Weliachew, architecte et ingénieur spécialiste des risques majeurs. 

"On construit beaucoup en maçonnerie, avec des éléments séparés, ce qui est un mode de construction fragile. (...) C'est comme empiler des sucres : vous pouvez poser quelque chose de lourd dessus, ça tient très bien, mais dès que vous bougez la table, cela s'écroule", poursuit-il. Ébranlés par les secousses du tremblement de terre, dont la première a atteint une magnitude de 7,8, des milliers de bâtiments ont été réduits en ruines dans les deux pays.

"La Turquie suit des codes sismiques en théorie avec un niveau élevé, mais il y a un parc existant qui date d'avant ces codes, et cela prend du temps de renouveler tout le tissu urbain. Des nouveaux bâtiments sont aussi construits, mais avec une mise en œuvre de mauvaise qualité", ajoute l'expert. 

Quant à la Syrie, "il y a encore moins de contrôle qu'en Turquie, beaucoup d'habitations sont faites en auto-construction, ou avec des personnels qui ne sont pas formés", ce qui produit "encore plus de défauts sur les constructions", signale l'architecte. 


M.L

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info