Séismes et tsunami au Japon : attention à cette vidéo qui circule sur les réseaux sociaux

Publié le 1 janvier 2024 à 11h39

Source : TF1 Info

Le Japon vient d'être touché, ce lundi 1er janvier, par une série de séismes, dont le plus puissant a atteint la magnitude 7,6.
Une alerte au tsunami a été émise, et la population de la péninsule de Noto a été appelée à s'éloigner des zones côtières.
Dès les premières minutes après l'évènement, des vidéos de tsunamis ont commencé à circuler, dont plusieurs remontent en réalité à la catastrophe de 2011.

Le Japon vient d'être touché, ce lundi 1er janvier, par une série d'au moins 21 séismes, au niveau de la péninsule de Noto, dans la préfecture d'Ishikawa, au centre-nord du pays. La principale secousse a atteint 7,6 sur l'échelle de Richter, et les autorités nippones ont immédiatement lancé une alerte au tsunami. De premières vagues de 1,20 m ont atteint le port de Wajima, et la population a été appelée à quitter d'urgence la zone côtière pour se réfugier sur les hauteurs.

Dès les premières minutes après l'alerte, de nombreuses vidéos ont commencé à circuler, censées illustrer l'évènement. Or, plusieurs d'entre elles, particulièrement impressionnantes, remontent en réalité au tsunami de mars 2011. C'est le cas de celle que l'on découvre dans le tweet ci-dessous.

Elle montre une vague entrant dans un port, présenté comme étant celui de Wajima, qui se situe effectivement dans la péninsule de Noto. Or, elle remonte en fait au 11 mars 2011, lorsqu'une vague géante avait balayé sur son passage les bateaux du port de Miyako, dans la préfecture d'Iwate. Le tsunami faisait suite à un séisme de magnitude 9,1, et avait ravagé près de 600 kilomètres de côtes, faisant plus de 18.000 morts et disparus, en pénétrant jusqu'à 10 kilomètres à l'intérieur des terres. Des vagues de près de 15 mètres avaient submergé le système de refroidissement de la centrale de Fukushima, provoquant la fusion de plusieurs de ses réacteurs, et la plus grave catastrophe nucléaire depuis celle de Tchernobyl en 1986.

Vidéo accélérée

Des vagues parmi les plus importantes sur le littoral avaient justement été enregistrées à Miyako, à 8,50 m de hauteur, avec des pics mesurés à 39 mètres. La digue du port avait été en grande partie détruite par le tsunami. C'est précisément ce que l'on voit dans la vidéo qui circule ce 1ᵉʳ janvier : le moment où l'arrivée de la vague emporte les bateaux du port le 11 mars 2011, les projetant au-dessus de la digue en pénétrant dans les rues de la ville. 

La personne qui filme est située dans un bâtiment en hauteur, et la bande-son de la vidéo originale indique qu'il prend conscience progressivement de l'ampleur de la catastrophe. La séquence dure en fait plus de 12 minutes. On y voit des bateaux dériver lentement alors qu'aucune vague n'est perceptible, avant que le plus fort du tsunami ne fasse son entrée dans le port, suscitant l'effroi des personnes autour de celui qui filme. L'agence Associated Press (AP) avait à l'époque diffusé ces images, dans une version condensée. La vidéo qui circule sur les réseaux en prétendant illustrer le tsunami de ce 1er janvier a été accélérée, pour en accentuer encore l'effet dramatique. 

3484 personnes ont perdu la vie dans la préfecture d'Iwate, le 11 mars 2011, et 4546 sont portées disparues. La quasi-totalité des victimes sont mortes lors du tsunami, la plupart par noyade, le séisme en lui-même n'ayant fait que très peu de victimes grâce aux normes anti-sismiques très élaborées du Japon.


Frédéric SENNEVILLE

Tout
TF1 Info