Le petit submersible n’en était qu’à sa troisième excursion vers le site de l’épave du Titanic.
Le producteur de la série des "Simpsons", Mike Reiss, était monté à bord du submersible en juillet 2022.
Il raconte en détail au "New York Times" cette odyssée, dont il a conservé un bon souvenir.

Une vaste opération de recherches est en cours dans l'espoir de sauver, d'ici jeudi, un Américain, un Français, un Britannique et deux Pakistanais, passagers du Titan, un sous-marin de tourisme descendu visiter l'épave du Titanic par 4000 mètres de fond dans l'Atlantique nord.

Il y a un peu moins d'un an, l'Américain Mike Reiss se trouvait à bord du petit submersible. Il a raconté au New York Times son voyage vers l'épave du mythique paquebot Titanic. Une excursion qui aura duré 10 heures au total, comme le prévoit la compagnie OceanGate Expeditions, et qu'il décrit comme "très agréable", mais évoquant aussi "une expérience totalement déroutante",  car "on perd presque toujours la communication et on se retrouve à la merci des éléments et ce genre de trucs".

Un voyage palpitant dans les abysses pour lequel chacun des participants était bien conscient du danger, selon lui. Avant d’embarquer, le producteur et les autres passagers ont dû signer une décharge qui mentionnait trois fois, sur la première page, la notion de mort, relate-t-il auprès du quotidien américain.

Le scénariste et producteur de la série américaine Les Simpsons décrit en détail le voyage pour se rendre sur le site où gît le mythique paquebot, à quelque 3800 mètres de profondeur. "On se laisse tomber comme une pierre pendant deux heures et demie", se souvient Mike Reiss, cité par le journal américain. Des sandwichs et de l'eau étaient disponibles à bord mais la plupart des passagers n’y ont pas touché, trop absorbés par le spectacle qui s’offrait à eux et aussi pour éviter d’être contraints d’utiliser les toilettes rudimentaires qui se trouvent à bord. 

Pendant l’excursion, le submersible a été dévié de sa trajectoire sous l’effet des courants sous-marins. La boussole "agissait de façon très bizarre" et le pilote savait seulement que l’engin se trouvait à environ 500 mètres de l'endroit où il aurait dû être, relate-t-il. "Vous êtes dans une telle obscurité que vous ne savez pas où [l'épave] va se trouver", souligne-t-il. Une fois arrivé sur le site, chaque passager a droit à une photo devant l’épave visible depuis l'unique hublot situé à l’avant de l’appareil, dont la taille correspond à celui d’une machine à laver, dit-il. Puis, au bout de trois heures, l’engin a repris sa route vers la surface.

L'épave du Titanic a été localisée en 1985 lors d'une expédition franco-américaine, à environ 650 kilomètres des côtes canadiennes dans l'océan Atlantique. Sa découverte, alimentée par un film à succès sorti en salles en 1997, a renforcé la fascination pour la catastrophe et donnait naissance à un tourisme sous-marin lucratif. Ainsi, pour s'offrir cette "expérience de voyage passionnante et unique" selon les mots de la compagnie OceanGate Expeditions qui exploite le Titan, le prix du billet pour un siège passager se chiffre à 230.000 euros.


Matthieu DELACHARLERY

Tout
TF1 Info