Assaut du Capitole : Donald Trump au centre du "complot"

Steve Bannon, ex-conseiller de Trump, reconnu coupable d'entrave à l'enquête sur l'assaut du Capitole

S.M avec l'AFP
Publié le 22 juillet 2022 à 22h37
JT Perso

Source : JT 20h WE

Conseiller discret mais très influent de Donald Trump, Steve Bannon avait continué d'échanger avec l'ex-président jusqu'aux jours précédant l'assaut du 6 janvier 2021 contre le Capitole.
Steve Bannon a refusé de révéler la nature de ces échanges.
Il encourt jusqu'à 1 an de prison.

Le secret des conversations entre l'ex-président des États-Unis et son conseiller ne bénéficient pas du droit au secret, dans le cadre de l'enquête sur l'assaut su Capitole. Steve Bannon, ex-proche conseiller de Donald Trump, a été reconnu, vendredi 22 juillet, coupable d'entrave aux prérogatives d'enquête du Congrès par le jury d'un tribunal fédéral, après avoir refusé de coopérer avec la commission sur l'assaut du Capitole.

Conseiller discret mais très influent de l'ancien président républicain, il avait continué d'échanger avec lui jusqu'aux jours précédant l'assaut du 6 janvier 2021. La commission d'enquête parlementaire lui avait demandé de témoigner et de produire des documents, ce qu'il avait refusé. 

Lire aussi

Steve Bannon s'est cru "au-dessus de la loi"

Le jury d'un tribunal fédéral de Washington a délibéré pendant moins de trois heures, vendredi, pour conclure à la culpabilité de l'homme de 68 ans sur les deux chefs d'inculpation qui pesaient contre lui. Sa peine sera déterminée plus tard. Il encourt entre un mois et un an de prison pour chaque chef d'accusation.

La commission d'enquête parlementaire sur l'assaut contre le Capitole avait voulu connaître la nature des échanges entre Steve Bannon et Donald Trump dans les jours précédant le 6 janvier. Les parlementaires avaient assigné Steve Bannon à témoigner et à produire des documents. Il avait refusé, invoquant le droit des présidents à garder certaines conversations secrètes, ce qui lui avait valu d'être inculpé d'"entrave aux prérogatives d'enquête du Congrès".

À l'ouverture des débats, mardi, la procureure Amanda Vaughn avait accusé Steve Bannon de se croire "au-dessus de la loi". L'avocat de Steve Bannon avait dénoncé des poursuites politiques.


S.M avec l'AFP

Tout
TF1 Info