Emeutes, blessés, Corans brûlés : que se passe-t-il en Suède ?

T.G. avec l'AFP
Publié le 18 avril 2022 à 6h30
Emeutes, blessés, Corans brûlés : que se passe-t-il en Suède ?

Source : Stefan JERREVANG / TT NEWS AGENCY / AFP

Depuis quatre jours, des affrontements secouent Norrköping, au sud de Stockholm.
Un rassemblement d'un groupe anti-Islam et anti-immigration devait s'y tenir.
Leur méthode : brûler le Coran, ou l'envelopper dans du jambon.

Trois personnes ont été blessées par balle lors d'affrontements violents dimanche en Suède entre les forces de l'ordre et des manifestants, a indiqué la police. Leur état de santé n'était pas connu lundi matin. Quatre autres personnes ont été arrêtées parmi les quelque 150 participants à cette "émeute violente", au cours de laquelle des pierres ont été lancées contre la police et des voitures brûlées. C'est le deuxième affrontement de ce type en quatre jours à Norrköping, une ville à deux heures de route de la capitale Stockholm. 

La première fois, les manifestants protestaient déjà contre un rassemblement du groupuscule d'extrême-droite "Ligne dure". Dirigée par le Dano-Suédois Rasmus Paludan, connu pour ses propositions d'interdire l'islam et d'expulser les musulmans de Suède, la formation est ouvertement anti-immigration et adepte de la "théorie du grand remplacement".

Des copies du Coran brûlées

A la recherche de signatures nécessaires pour candidater aux élections législatives suédoises de septembre prochain, Rasmus Paludan est actuellement en tournée en Suède où il se rend dans des quartiers à forte population musulmane pour y brûler des exemplaires du Coran, parfois en les entourant de tranches de bacon.

Lire aussi

Le circuit emprunté par le groupuscule a engendré des heurts entre la police et des contre-manifestants à travers le pays scandinave ces derniers jours. Jeudi et vendredi, 12 policiers ont été blessés lors d'affrontements. Samedi, des protestations avaient éclaté dans différents quartiers de Malmö, avec des lancers de pierre et de cocktails Molotov contre la police. A l'origine de cet abcès de colère : un rassemblement de "Ligne dure"  sur un parking isolé de la ville de Malmö, qu'une voiture a tenté d'atteindre en forçant les barrières de protection. Le chauffeur a ensuite été arrêté. Entre temps, Rasmus Paludan avait déjà eu le temps de brûler un Coran.

Un acte "provocateur" selon l'Irak

Ce dimanche, un autre rassemblement de "Ligne dure" était prévu. Mais, face à la pression des manifestants, Rasmus Paludan y a finalement renoncé. D'après les services de santé cités par l'agence locale TT, dix personnes ont été hospitalisées avec des blessures légères suite à ces affrontements ainsi que des heurts similaires dans la ville voisine de Linköping, où le groupuscule a également renoncé à se réunir.

La visibilité de la formation d'extrême-droite et de ces affrontements a pris une ampleur nationale en Suède. Et même par-delà les frontières du pays. La diplomatie irakienne s'en est mêlée : Bagdad a mis en garde contre les "graves répercussions" de cette affaire sur les "relations entre la Suède et les musulmans en général, que ce soit dans les pays musulmans ou arabes, ou dans les communautés musulmanes en Europe". Dimanche, Bagdad a convoqué le chargé d'affaire suédois en Irak, estimant que l'intention de brûler une copie du Coran est un acte "provocateur pour les sentiments des musulmans et offensant pour ce qu'ils ont de sacré".


T.G. avec l'AFP

Tout
TF1 Info