Deux militantes écologistes ont étalé de la peinture rouge sur un tableau de Claude Monet, au musée national de Stockholm.
Elles se sont ensuite collé les mains à l'œuvre, protégée par une vitre.
Les deux femmes ont été arrêtées.

"La situation climatique est urgente." C'est pour alerter sur la question environnementale que deux militantes écologistes ont étalé ce mercredi de la peinture rouge sur un tableau de Claude Monet, exposé au musée national de Stockholm. Une toile protégée par une vitre, sur laquelle les deux militantes se sont ensuite collé les mains. "Les femmes, âgées d'environ 25 et 30 ans, ont été arrêtées", a fait savoir la police peu après.

Le tableau en cours d'examen

L'œuvre en question est "Le Jardin de l'artiste à Giverny", daté de 1900. Le tableau est en train d'être "examiné par l'équipe de conservation du musée pour voir s'il a été endommagé", a déclaré le musée dans un communiqué. Selon sa porte-parole Hanna Tottmar, l'équipe espère avoir "plus d'informations" à ce sujet d'ici à jeudi.

L'organisation Återställ Våtmarker ("Restitue les Zones Humides") a revendiqué cette action auprès de l'AFP. Elle a diffusé une vidéo dans laquelle on peut voir deux femmes, l'une infirmière et l'autre étudiante pour le devenir, badigeonner de peinture rouge la protection derrière laquelle se trouve la toile. On les entend scander en chœur : "la situation climatique est urgente" et "notre santé est menacée".

L'organisation accuse notamment le gouvernement suédois de ne pas respecter ses engagements internationaux en termes de politique environnementale. "Nous devrions réduire nos émissions de 31%. Mais nos émissions continuent d'augmenter. C'est scandaleux", s'est indignée Helen Wahlgren, la porte-parole du groupe.


A. Lo.

Tout
TF1 Info