Syrie : l’offensive russe embarrasse (beaucoup) Washington

Le service METRONEWS
Publié le 1 octobre 2015 à 16h24

CONFLIT - La Russie a mené pour le deuxième jour consécutif des frappes en Syrie, affirmant avoir ciblé le groupe Etat islamique. Une feuille de route dont les Etats-Unis doutent, notamment le sénateur John McCain : celui-ci assure que des rebelles formés par la CIA ont été bombardés.

Washington se serait volontiers passé de l’interventionnisme de Moscou en Syrie. Au lendemain des premières frappes russes, les Etats-Unis émettent de sérieux doutes sur le bien-fondé de cette initiative, jugeant qu’elles ne visaient "probablement pas" les djihadistes de l'EI. Rebelote ce jeudi, après une frappe sur un camp de rebelles formés par... la CIA.

"Je peux absolument confirmer que ces frappes visaient l'Armée syrienne libre ou des groupes qui ont été armés et entraînés par la CIA", a en effet affirmé jeudi matin  l'influent sénateur américain John McCain sur la chaîne de télévision CNN. Une information confirmée peu après à l’AFP par Moustapha Halabi, le porte-parole de cette faction : "A 10H30 locales (07H30 GMT), quatre avions russes ont visé le camp d'entraînement de Souqour al-Jabal (les Faucons de la montagne) avec dix missiles".

A LIRE AUSSI >>  Lutte contre Daech : Obama-Poutine, la coopération glaciale

"Des bombardements en soutien au régime"

Depuis le début de la semaine, les Etats-Unis soupçonne le Kremlin de vouloir voler au secours d'Assad en bombardant des groupes qui menacent son régime beaucoup plus que l'Etat islamique. Ces groupes sont, selon des sources de sécurité syriennes et des experts, le Front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda, le groupe islamiste influent Ahrar al-Cham ainsi que de petits groupes "modérés" appuyés par Washington et des pays arabes.

Les frappes russes ont visé des positions d'Al-Nosra et des rebelles menaçant directement des régions tenues par le régime dans le centre et l'ouest du pays, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). "Le bombardement russe vient en soutien au régime dans les provinces de Homs, de Hama et de Lattaquié, où des zones alaouites sont menacées ou attaquées" indique Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'OSDH. Les alaouites sont une branche du chiisme et une confession minoritaire en Syrie dont est issu Bachar Al Assad.

Pour tenter de mettre fin au conflit "dans" le conflit, russes et américains ont ouvert ce jeudi des discussions. Objectif : mettre en place un minimum de coordination et de dialogue pour éviter des incidents entre avions de chasse. Il s'agit d'éviter un incident militaire entre les avions russes et ceux de la coalition pilotée par les Etats-Unis en action depuis un an.

A LIRE AUSSI >>  Emilie König, fille de gendarme devenue une figure française majeure de Daech


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info