En difficulté en Ukraine, Poutine choisit l'escalade

Terreur nucléaire en Ukraine : la direction de la centrale de Zaporijia sous la menace armée des Russes

La rédaction de TF1Info
Publié le 4 mars 2022 à 23h01
JT Perso

Source : JT 20h WE

Dans un entretien au "Monde", le président de l'entreprise qui exploite la centrale ukrainienne bombardée par les Russes assure qu'il s'agit de "terrorisme nucléaire".
Il est pour l'instant impossible d'évaluer la gravité des dégâts car les membres de la direction travaillent sous menace armée.
La destruction des réacteurs pourrait entraîner "une catastrophe six fois pire que Tchernobyl".

Accusée d'avoir attaqué la plus grande centrale nucléaire d'Europe en Ukraine, la Russie a dénoncé vendredi un "mensonge" à l'ONU et accusé à son tour l'Ukraine d'avoir provoqué un incendie dans cette installation située à Zaporijia. Petro Kotin, président de l’entreprise qui exploite cette centrale, confirme dans un entretien accordé au Monde que les Russes ont "bombardé toute la zone de la centrale" et que la direction du site travaille désormais sous leur menace armée.

"Tout ce qui est déclaré l'est sous contrôle des Russes"

Si un bâtiment consacré aux formations a été ravagé par l'incendie, qu'un "tuyau spécial qui raccorde les réacteurs aux bâtiments de traitement" a été endommagé, et que le niveau de radiation autour de la centrale semble normal, il est pour l'instant impossible "d'évaluer la gravité des dégâts", explique-t-il. Et pour cause, il faudrait pour cela "inspecter les réacteurs", chose impossible puisque "les membres de la direction sont aux mains des Russes, et nous ne pouvons pas les contacter". 

Au total, 10 à 15 personnes travaillent "sous leurs ordres, et sous menace armée" des Russes. Ces derniers exigent la réparation de ce qui a été endommagé par les bombardements et contrôlent les informations communiquées par les membres de la direction de la centrale. "Il faut savoir que tout ce qui est déclaré depuis 6 heures vendredi, à la direction de la centrale comme à la mairie d’Enerhodar, l’est sous le contrôle des Russes", assure Petro Kotin. 

"Une catastrophe six fois pire que Tchernobyl"

Quant aux risques de cette prise de contrôle, ils pourraient être colossaux si l'armée russe bombarde à nouveau le site et détruit les réacteurs ou les sites où sont stockés des combustibles usés. "Si tous les réacteurs sont détruits, ce sera une catastrophe six fois pire que Tchernobyl" prévient alors le président de l'entreprise, soulignant que "tout dépend des Russes. Ce qu’ils font relève du terrorisme nucléaire, selon la loi." Le seul moyen de sécuriser au maximum le site nucléaire, c'est de reprendre le contrôle de la centrale, selon lui. 

Lire aussi

Justement, les Russes pourraient ne pas s'arrêter là et chercher à prendre le contrôle des 15 autres centrales nucléaires du pays. "Ils avancent actuellement vers la deuxième plus grande centrale nucléaire du pays", alerte Petro Kotin.


La rédaction de TF1Info

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info