Nouvelle-Zélande : un homme abattu après avoir blessé six personnes lors d'une attaque "terroriste"

La rédaction de LCI
Publié le 3 septembre 2021 à 11h27
La police néo-zélandaise à Auckland le 19 juin 2020.

La police néo-zélandaise à Auckland le 19 juin 2020.

Source : GREG BOWKER / AFP

EFFROI - La Première ministre néo-zélandaise a annoncé ce vendredi qu'une attaque "terroriste" à l'arme blanche avait eu lieu un peu plus tôt dans la journée dans un supermarché d'Auckland. Six personnes ont été blessées.

Pour la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern, il s'agit d'un acte "terroriste". Un homme proche du groupe État islamique a poignardé ce vendredi six personnes dans un supermarché d'Auckland, avant que la police ne l'abatte, a-t-elle annoncé.

Trois des six victimes blessées grièvement

L'homme, un Sri-Lankais arrivé en Nouvelle-Zélande en 2011 et qui figurait sur une liste antiterroriste des personnes sous surveillance, est entré dans un centre commercial de la banlieue d'Auckland, s'est emparé d'un couteau sur un présentoir et a commencé à poignarder des passants, a relaté Jacinda Ardern. Selon la Première ministre, six personnes ont été blessées, dont trois grièvement, avant que des policiers qui le surveillaient n'ouvrent le feu, dans la minute qui a suivi le début de l'attaque.

"Ce qui s'est passé aujourd'hui était ignoble, c'était détestable, c'était mauvais", a-t-elle déclaré, ajoutant que cet acte n'était représentatif d'aucune religion ni d'aucune communauté. Interrogée sur les motivations de l'agresseur, elle a expliqué: "c'est une idéologie violente et inspirée du groupe Etat islamique". La Première ministre a assuré ne pas pouvoir tout dire publiquement sur cet homme qui était surveillé depuis 2016 après une décision de justice.

La Nouvelle-Zélande a connu sa pire attaque terroriste en mars 2019 à Christchurch, lorsqu'un suprématiste blanc a ouvert le feu dans deux mosquées, tuant 51 personnes et en blessant 40 autres. L'assaillant a été condamné fin août 2020 à la prison à vie, sans possibilité de libération conditionnelle.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info