Les élus de la Chambre américaine des représentants ont adopté samedi une mesure lançant un ultimatum à TikTok.
Cette dernière prévoit l'interdiction de l'application aux États-Unis, à moins que le réseau social ne coupe ses liens avec sa maison-mère ByteDance, et plus largement avec la Chine.

C'est un ultimatum qui a été lancé samedi à TikTok par la Chambre américaine des représentants. Cette dernière a en effet adopté une proposition de loi qui ouvre la voie à une interdiction du réseau social aux États-Unis. Pour éviter cette mesure radicale, TikTok devra couper ses liens avec sa maison mère ByteDance, et plus largement avec la Chine. 

La plateforme de vidéos, très populaire, est accusée par des responsables américains de permettre à Pékin d'espionner et de manipuler ses utilisateurs. Ils sont nombreux outre-Atlantique, puisque l'application compte environ 170 millions de fidèles.

Un vote du Congrès encore attendu

Ce texte pourrait aboutir sur une rare interdiction à l'accès du marché américain, mais il ne pourra pas être officiellement instauré sans une validation du Sénat. Celui-ci doit se prononcer la semaine prochaine. Du côté de la Chambre des représentants, c'est un large plébiscite qui a été observé, puisque la proposition de loi a été adoptée par 360 voix contre 58, avec des voix démocrates et républicaines.

Le président Joe Biden, en marge des débats, a déjà fait savoir qu'il signerait la loi. Le président démocrate avait redit son "inquiétude" à propos de TikTok début avril, lors d'un échange avec son homologue chinois Xi Jinping. Interdire TikTok "violerait la liberté d'expression" de 170 millions d'Américains, a rapidement réagi le réseau social samedi. Un porte-parole de la plateforme a souligné dans un communiqué que le projet de loi d'interdiction "ravagerait 7 millions d'entreprises et fermerait une plateforme qui contribue pour 24 milliards de dollars par an à l'économie américaine". "Il est regrettable que la Chambre des représentants utilise le couvert d'une aide étrangère et humanitaire importante pour faire adopter une fois de plus un projet de loi d'interdiction", ajoute le texte.

En cas d'adoption du texte, la maison mère chinoise ByteDance n'aurait d'autre choix que de vendre l'application dans un délai de douze mois. Si elle s'y refusait, TikTok serait exclue des boutiques d'applications d'Apple et de Google sur le territoire américain.

Cela fait désormais plusieurs années que TikTok se trouve dans le collimateur des autorités américaines, faisant face à de régulières accusations d'espionnage. La loi signifiant son interdiction pourrait toutefois susciter des contestations devant la justice en cas d'adoption. Elle donnerait notamment au président américain le pouvoir de désigner d'autres applications comme des menaces pour la sécurité nationale si elles sont contrôlées par un pays considéré comme hostile aux États-Unis. Elon Musk, le propriétaire de X, s'est déjà montré hostile à interdiction de TikTok aux États-Unis, invoquant la défense de la "liberté d'expression".


TD avec AFP

Tout
TF1 Info