Toilettes coupées, hausse de la prostitution... Une chaine russe dramatise la crise énergétique européenne

Publié le 13 décembre 2022 à 21h25

Source : Sujet TF1 Info

Un montage montre comment la Russie dramatise la crise énergétique européenne.
Un reportage diffusé le 2 décembre mélange les approximations aux exagérations.
TF1info a passé cette vidéo au crible.

Quand l'exagération vire à la désinformation. Une vidéo diffusée ce lundi 12 décembre par un membre du ministère des Affaires intérieures ukrainiennes montre les ficelles de la propagande russe. Dans sa publication, Anton Gerashchenko affirme que "les propagandistes russes disent que les choses vont très mal" pour l'Occident. Entre autres exemples, les Européens seraient obligés de "se chauffer avec des déchets, utiliser des générateurs de vélo pour allumer le sapin de Noël et ne pas boire du thé au travail". Pour preuve, une vidéo en russe – sous-titrée en anglais –  vue plus de 160.000 fois. Nous avons cherché à en savoir plus. 

Les propos entendus dans la séquence correspondent aux sous-titres. Ceci dit, la vidéo n'a pas été diffusée telle quelle à la télévision russe. L'internaute a réalisé un montage à partir de plusieurs extraits d'une même émission. Celle diffusée le vendredi 2 décembre par la chaîne d'État russe Rossiya-1, véritable canal d'information du Kremlin. L'un des présentateurs star de l'émission "60 Minutes", Yevgeny Popov, y propose une mise au point sur la crise énergétique en Europe, avec un reportage. 

Approximations et caricatures

Entre approximations et caricatures, il dépeint alors une Europe dans la tourmente. Parmi les exemples les plus frappants, on retient celui donné par la journaliste Yuka Royer. Dans son reportage, elle indique qu'en Finlande, "ils ont décidé d'enseigner aux enfants des crèches et des écoles à utiliser des sacs en plastique au lieu des toilettes, au cas où il y aurait des coupures de courant dans le pays". Une affirmation qui fait référence à un sujet publié notamment par l'Yle, la chaine publique nationale de Finlande. On y apprend effectivement qu'une directive de la capitale Helsinki, à destination des plus jeunes et de leurs enseignants, prévoyait une "façon d'éliminer les excréments lors d'éventuelles pannes de courant pendant l'hiver", les toilettes ne pouvant pas forcément être remplies d'eau dans ces cas-là. Or, cette directive prévoyait que, si la chasse d'eau ne pouvait plus être tirée, "les sièges des toilettes doivent être recouverts de sacs en plastique dans lesquels les enfants et le personnel peuvent réaliser leurs besoins". Des consignes actuellement mises à jour face au tollé du personnel des établissements. Il n'est donc aucunement question "d'enseignements" sur la question, et il s'agit ici d'une situation peu probable, selon les autorités finnoises.

Même constat de la machination russe avec cette anecdote selon laquelle "en raison de l'augmentation des prix, les habitants de Cardiff se sont mis à consommer des aliments pour animaux de compagnie". Une information qui fait référence à un reportage la BBC dans l'une des régions les plus défavorisées du Pays de Galles. Dans l'article publié le 1er décembre, Mark Seed, dirigeant d'un centre d'aide alimentaire à Trowbridge, à l'est de Cardiff, se dit "choqué" par ses rencontres avec "des gens qui mangent de la nourriture pour animaux de compagnie". Si cet exemple est cité par le média pour symboliser la grande pauvreté de ce quartier, ce témoignage ne laisse pas entendre qu'il s'agirait d'une nouveauté. Et encore moins d'un phénomène galopant. Là encore, la propagande russe a instrumentalisé un témoignage très localisé pour donner l'impression d'une vague de pauvreté à travers l'Europe. 

Seule l'une des informations semble assez juste. Celle selon laquelle certaines femmes anglaises choisiraient la prostitution pour lutter contre la perte de pouvoir d'achat causée par l'inflation. Dans la presse britannique, les associations caritatives et les collectifs de travailleuses du sexe signalaient le 18 octobre dernier une hausse du nombre de personnes se tournant vers ces pratiques.

La France n'est pas épargnée

Enfin, la France n'est pas épargnée par la propagande du Kremlin. Selon Rossiya-1, le gouvernement français aurait demandé aux préfets "de se préparer à des coupures d'électricité tournantes de 8 heures à 13 heures et de 18 heures à 20 heures". Une référence trompeuse à une circulaire adressée aux préfets fin novembre. L'exécutif avait en effet demandé aux préfectures de s'organiser pour faire à d'éventuels délestages et en précisait les contours. Les horaires lors desquels une coupure serait possible sont de 8h à 10h et de 18h à 20h et ne dureraient que "deux heures maximum". Pour rappel, actuellement, le scénario privilégié par le réseau RTE prévoit entre zéro et six coupures cet hiver en fonction de la météo. Sans que celles-ci ne touchent deux fois le même territoire. On est loin de coupures longues, tournantes, tout au long de la journée, comme l'insinue la propagande russe.

Électricité : comment fonctionne le délestageSource : Le JT

En résumé, la chaine Rossiya-1 n'a pas réellement créé de toute pièce des fausses informations à destination de son public. Mais elle a assemblé plusieurs annonces parues dans la presse européenne entre la mi-octobre et la mi-décembre et en a déformé certaines, pour donner l'impression que l'Europe entière est en train de plonger dans la misère. S'il est vrai que les risques de coupures cet hiver concernent l'intégralité du continent et que l'inflation est telle que le spectre de la récession plane sur son économie, l'Europe est loin de l'image catastrophiste dépeinte par la propagande russe. Qui peine d'ailleurs à évoquer les mauvais chiffres de sa propre économie. 

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Felicia SIDERIS

Tout
TF1 Info