Le 20h

Tourisme : le Qatar, entre sable et mer

Virginie Fauroux
Publié le 11 juin 2022 à 20h27, mis à jour le 21 juin 2022 à 23h55
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

A cinq mois de la Coupe du monde de foot, le Qatar veut séduire les touristes du monde entier.
Plus question d'en faire une simple étape, des séjours au long cours sont désormais possibles tant la presqu'île regorge de trésors.

Iles paradisiaques, Dune Bashing dans le sable, hôtels de rêve... Tout le paradoxe du Qatar repose sur ce contraste. Voilà un pays qui a passé des millénaires, coincé entre un désert aride et la mer du golfe Persique, jusqu'à ce qu'il découvre la pêche des perles, du pétrole et du gaz et devienne un petit coin de paradis, malgré des températures quelque peu étouffantes l'été. Mais tout est mis en place, parfois à coup de climatisation à outrance, pour que cela reste supportable. 

Plages désertes

Premier producteur mondial de gaz, le pays mise désormais sur un nouveau gisement : le tourisme. Il faut dire que le Qatar ne manque pas d'atouts. À commencer par sa propre flotte d'avions : Qatar Airways, élue "meilleure compagnie aérienne du monde" pour la sixième fois en 2021 au classement Sky Trax. Alors plus question d'en faire une simple escale. De plus, la capitale, Doha, a été désignée deuxième ville la plus sûre au monde en 2022 par l’Index de criminalité Numbeo.

A une vingtaine de minutes de son effervescence, les amoureux de plages désertes pourront par exemple emprunter un ferry qui les conduira sur l'île de Banana. Une île en forme de croissant, entourée de récifs coralliens (photo ci-dessous), qui dispose d’une marina et d'un Resort de luxe, avec 141 chambres et suites, des villas avec piscine et des villas sur l’eau. Tandis qu'à l’extrémité sud du pays, à quelques kilomètres de la frontière avec l’Arabie Saoudite, le Desert Falls Water and Adventure Park, situé au cœur de l'hôtel Hilton Salwa Beach, attend les passionnés de frisson aquatique avec 56 toboggans et manèges. 

Qatar Tourism

Retour à Doha, où les hôtels de luxe (Alwadi MGallery, Mandarin Oriental, Al Messila...) ont poussé comme des champignons, en vue de la Coupe du monde de football qui se tiendra du 21 novembre au 18 décembre. Une centaine de nouvelles adresses ouvriront à l'occasion de ce Mondial et s'ajouteront aux quelque 180 hôtels qui existent déjà. Un métro, composé de rames sans conducteur et d'une "Gold Class" pour les passagers amateurs de luxe, a aussi vu le jour afin de conduire le million de visiteurs attendus sur les différents sites. 

Une modernité qui côtoie audacieusement les cultures d'hier. A l'image des "dhows", ces bateaux traditionnels en bois, autrefois utilisés pour la pêche aux perles, qui naviguent paisiblement au pied des buildings. Sans parler du musée national du Qatar, conçu par l'architecte français Jean Nouvel, dont la forme de rose des sables évoque symboliquement le désert. A l'intérieur, une série de films donnent un aperçu des différents visages du pays et de son histoire, comme les débuts de l'exploration pétrolière, il y a plus de 70 ans.

Qatar Tourism
Lire aussi

Culture et traditions

Mais les ressources ne sont pas éternelles alors le Qatar investit notamment dans la culture pour attirer les touristes. Ainsi, le quartier en plein essor de Msheireb Downtown comprend des mosquées, mais aussi plusieurs musées du patrimoine installés dans des maisons traditionnelles. Car le petit émirat veut se différencier de ses voisins du Golfe et promouvoir ses traditions. Pour ce faire, direction les étals du populaire Souk Waqif, qui n'est pas sans rappeler les anciens marchés où les citoyens se réunissaient pour acheter et vendre leurs marchandises. Aujourd'hui, le souk est un endroit idéal pour se faire une idée du vieux Doha, tout en croisant une sculpture en forme de pouce géant du sculpteur César. L'occasion également de dîner dans l'un de ses excellents restaurants, tel Parisa qui ressemble à un palais perse.

Qatar Tourism

Autre lieu typique dans le souk, le marché aux faucons, avec un hôpital pour le moins surprenant, où les seuls patients sont ces rapaces, symboles du Qatar. Ces oiseaux peuvent atteindre des sommes astronomiques, jusqu'à 50.000 dollars. Il faut dire que ce puissant volatile est utilisé pour la chasse dans le désert, où les touristes sont là aussi les bienvenus, notamment pour une séquence de Dune Bashing. Cela consiste à monter et descendre à toute vitesse les dunes en 4X4. Sensations fortes garanties. 

Par ailleurs, toute personne qui visite le Qatar pour la première fois se doit d’explorer Khor al Adaid, à l’extrémité sud du pays. Un désert de sable avec des dunes à perte de vue qui ont une particularité : la mer s’y enfonce sur des kilomètres. Des paysages extraordinaires, à voir particulièrement au lever du soleil. 

Qatar Tourism

Une chose est sûre, l'émirat, qui intrigue encore, veut se faire aimer. Et il n'a pas le choix, l'après pétrole est bientôt là. 


Virginie Fauroux

Tout
TF1 Info