Afghanistan : un séisme fait plus d'un millier de morts

Afghanistan : que sait-on du séisme qui a fait au moins un millier de morts ?

Léa COUPAU
Publié le 22 juin 2022 à 13h37, mis à jour le 22 juin 2022 à 14h32
JT Perso

Source : TF1 Info

Au moins un millier de personnes ont été tuées dans un séisme de magnitude 5,9 qui a frappé le sud-est de l'Afghanistan.
Les faits se sont produits dans la nuit de mardi à mercredi.
Le pays est régulièrement frappé par des tremblements de terre.

Dans la nuit de mardi 21 à mercredi 22 juin, un violent séisme a causé la mort de plus d'un millier de personnes et blessé 600 autres dans le sud-est de l'Afghanistan, selon le dernier bilan provisoire donné par les autorités. Le nombre augmente rapidement en raison de l'ampleur de la catastrophe. Quelques heures plus tôt, un porte-parole du gouvernement évoquait sur Twitter "255 morts et 500 blessés" dans les régions montagneuses du pays. Un autre parlait de 100 victimes, peu avant 9h, ce mercredi.

Que s'est-il passé ?

Vers 1h30, un séisme, d'une magnitude 5,9, est survenu à une profondeur de 10 km, près de la frontière avec le Pakistan, selon l’Institut sismologique américain (USGS). Une deuxième secousse de magnitude 4,5 a frappé quasi au même endroit et à la même heure, poursuit l'USGS. Pour l'instant, la majorité des victimes ont été recensées dans les districts de Barmal et de Gayan, au sein de la région de Paktika, rapportent les autorités afghanes qui indiquent qu'un village a été complètement détruit.

Plusieurs photos postées sur les réseaux sociaux témoignent d'un paysage désolé avec des dizaines de maisons effondrées. Des vidéos montrent également des habitants en train de charger des blessés dans des hélicoptères. D'autres encore sont transportés par ambulance vers les hôpitaux de la région. "Les gens se précipitent pour aider les zones affectées", indique à l'AFP, Yaqub Manzor, un chef tribal de Paktika, précisant que les marchés locaux ont été depuis fermés.

Selon l'Agence sismologique européenne (EMSC), des secousses ont été ressenties par 119 millions de personnes, sur plus de 500 km en Afghanistan, au Pakistan et en Inde. Des témoins ont notamment rapporté avoir ressenti le tremblement de terre jusque dans la capitale afghane, Kaboul, ainsi que dans celle voisine du Pakistan, Islamabad.

Où est cette région ?

La région touchée est située le long de la chaîne de montagne de l'Hindu Kush, qui se trouve, elle-même, à la jonction entre les plaques tectoniques eurasienne et indienne. Elle est donc fréquemment touchée par les tremblements de terre. En octobre 2015, un puissant séisme de magnitude 7,5 avait déjà frappé la zone, faisant au total plus de 380 morts.

Et ces catastrophes sont d'autant plus ravageuses que les maisons afghanes rurales ont une très faible résistance, ajoute le sismologue au Service géologique des États-Unis, Robert Sanders, à ABC News, qui fait l'hypothèse de "glissements de terrain". Dans la plupart des endroits du monde, "un événement de cette ampleur n'infligerait pas une telle dévastation", assure-t-il.

En raison de la situation géographique de la région, les déplacements sont par ailleurs "difficiles. Cela prendra donc du temps pour transporter les morts et les blessés", a expliqué, à l'AFP, le ministre des Catastrophes naturelles, Mohammad Abbas Akhund.

Quelle réponse du gouvernement ?

Le Premier ministre du pays, le mollah Mohammad Hassan Akhand, a annoncé qu'un milliard d'afghanis - un peu plus de 10 millions d'euros - allait être débloqué pour les familles des victimes du tremblement de terre, selon l'agence Bakhtar News Agency. "Le gouvernement fait au mieux de ses capacités", a fait savoir, sur Twitter, Anas Haqqani, un autre haut responsable taliban, appelant l'aide la communauté internationale et les organisations humanitaires.

"Nous espérons qu'elles aideront aussi les gens dans cette situation terrible", écrit-il. Le Premier ministre pakistanais, Shehbaz Sharif, s'est dit "profondément peiné" par ce drame qui n'a fait aucune victime dans son pays. Il a indiqué que les autorités pakistanaises travaillent à apporter leur soutien à leurs homologues afghanes. Un coup de main auquel l'Union européenne se dit également prête. "L'UE suit la situation (...) et se tient prête à coordonner et fournir une aide d'urgence", a assuré, sur Twitter, son envoyé spécial en Afghanistan, Tomas Niklasson.

De son côté, l'Onu a annoncé avoir déployé des équipes chargées d'évaluer l'étendue des dégâts dans plusieurs des zones touchées et, depuis le Vatican, le pape François a exprimé sa "sympathie" aux victimes.


Léa COUPAU

Tout
TF1 Info