Assaut du Capitole : Donald Trump au centre du "complot"

Assaut du Capitole : Trump assigné à témoigner devant le Congrès "autour du 14 novembre"

V. F
Publié le 21 octobre 2022 à 22h57
JT Perso

Source : JT 20h WE

La commission d'enquête sur l'assaut du Capitole a cité ce vendredi l'ancien président Donald Trump à comparaître.
Le milliardaire devra également produire un compte rendu de toutes ses communications le 6 janvier 2021.

C'est un geste "historique" : la commission d'enquête sur l'assaut du Capitole a cité ce vendredi l'ancien président Donald Trump à comparaître "le ou autour du 14 novembre", juste après les élections de mi-mandat. Dans un courrier rendu public, elle l'a par ailleurs assigné à produire avant le 4 novembre, soit quatre jours avant le scrutin, toute une série de documents, dont un compte rendu de toutes ses communications le 6 janvier 2021. 

 Ce jour-là, des centaines de partisans de Donald Trump, convaincus par ses allégations de "fraudes électorales", avaient semé le chaos dans le temple de la démocratie américaine, au moment où les élus certifiaient la victoire de son rival démocrate Joe Biden. Le républicain, qui avait exhorté ses supporters à se "battre comme des diables", avait immédiatement fait l'objet d'un procès en destitution au Congrès, mais avait été acquitté grâce aux sénateurs de son parti.

Une course-contre-la-montre

Cette commission, composée de sept élus démocrates et deux républicains, a déjà interrogé plus d'un millier de témoins, dont deux enfants de Donald Trump, et épluché des dizaines de milliers de documents, mais s'est heurté au refus de coopérer de certains proches. Elle est par ailleurs engagée dans une course contre-la-montre, car si les démocrates perdent le contrôle du Congrès lors des élections de mi-mandat, le 8 novembre, elle risque d'être dissoute par la nouvelle majorité républicaine.

Ses deux chefs, l'élu démocrate Bennie Thompson et la républicaine Liz Cheney, ont donc convoqué formellement Donald Trump dans trois semaines seulement. "Nous admettons qu'assigner un ancien président est une action importante et historique et nous ne la prenons pas avec légèreté", lui ont-ils écrit. Mais, ont-ils ajouté, "nous avons les preuves que vous avez personnellement orchestré et supervisé une campagne pour changer le résultat de l'élection présidentielle de 2020 et empêcher le transfert pacifique du pouvoir", et celle-ci a débouché "sur une attaque sanglante contre le Capitole".

Lire aussi

Hasard ou non du calendrier, Steve Bannon, l'ancien conseiller de Donald Trump, considéré comme un artisan de sa victoire en 2016, a été condamné ce vendredi à quatre mois de prison et 6.500 dollars d'amende pour avoir refusé de se plier à des assignations de la commission. 


V. F

Tout
TF1 Info