Trump suspendu deux ans par Facebook : une "insulte" à 75 millions d'électeurs, dénonce l'ancien président

Maxence GEVIN avec AFP
Publié le 4 juin 2021 à 19h11, mis à jour le 4 juin 2021 à 20h37
L'ancien pensionnaire de la Maison Blanche, Donald Trump, suspendu par Facebook

L'ancien pensionnaire de la Maison Blanche, Donald Trump, suspendu par Facebook

Source : Olivier DOULIERY / AFP

RÉSEAUX SOCIAUX - La plateforme créée par Mark Zuckerberg a annoncé vendredi la suspension de l'ancien président américain pour les deux prochaines années.

Donald Trump toujours mis à l'écart. Facebook a annoncé vendredi la suspension du milliardaire républicain pour deux ans. L'ancien président américain ne pourra revenir que quand les "risques pour la sécurité du public auront disparu", a précisé la plateforme qui l'avait exclu provisoirement le 7 janvier dernier après l'attaque du Capitole à Washington. Notifié de cette décision, l'ancien pensionnaire de la Maison Blanche a fustigé une "insulte" aux "75 millions de personnes" ayant voté pour lui en 2020. Le géant des réseaux sociaux "ne devrait pas avoir le droit de censurer et museler comme ça", assène-t-il. "Mais à la fin nous gagnerons", conclut l'ancien chef d'État.

Par ailleurs, la société de Mark Zuckerberg a mis fin à l'immunité - très controversée - des personnalités politiques sur ses canaux. Elles seront dorénavant sanctionnées comme les autres utilisateurs quand elles enfreignent les règles du réseau social, notamment en cas de désinformation ou "fake-news". "Quand nous évaluons des contenus en termes d'importance pour l'information, nous ne traiterons pas les propos des politiciens différemment de ceux des autres", explique le groupe californien. En cas de troubles et de violences, des suspensions allant d'un mois à deux ans pourront être prononcées. Les récidivistes, eux, pourront être bannis pour de bon. 

Jusqu'ici, Facebook s'était refusé à exercer le rôle "d'arbitre de la vérité en ligne". Toutefois, l'invasion du Congrès, qui a fait plusieurs morts, a marqué un tournant. Critiqué jusque dans son sein, le groupe américain a finalement fait volte-face. 


Maxence GEVIN avec AFP

Tout
TF1 Info