Tuerie d'Uvalde : 19 enfants abattus dans une école du Texas

Tuerie d'Uvalde : le mari d'une des enseignantes tuées meurt d'une crise cardiaque

Frédéric Senneville
Publié le 26 mai 2022 à 22h42
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Très affecté par la mort de sa femme lors de la tuerie de l'école primaire d'Uvalde, Joe Garcia a été emporté par une crise cardiaque.
Il était marié depuis 24 ans à Irma Garcia, une des deux enseignantes tuées en cherchant à protéger leurs élèves.
Dix-neuf enfants, et leurs deux institutrices, ont été abattus le 24 mai dans la localité texane d'Uvalde, par un tireur âgé de 18 ans.

C'est toute la petite ville texane d'Uvalde qui a été assommée de douleur par la tragédie. Dix-neuf enfants de 9 à 10 ans y ont été abattus, ainsi que deux de leurs enseignantes. Les témoignages se multiplient sur les réseaux sociaux et les chaînes de télévision, évoquant la mémoire de chacune des victimes. 

L'effet de choc s'est étendu bien au-delà des proches directs des victimes, et toute la communauté est atteinte par cette impensable tuerie. Au cœur de ce maelstrom émotionnel, le mari d'une des deux institutrices vient de décéder d'une crise cardiaque. 

Joe était depuis plus de 24 ans l'époux d'Irma, qu'il avait connue au lycée, et avec laquelle il avait eu quatre enfants. C'est elle-même qui citait son mari dans sa note d'accueil aux élèves en début d'année, racontant aussi qu'elle adorait faire des barbecues avec lui. Les Garcia étaient connus pour leur convivialité, organisant régulièrement de grands repas. 

Après la tragédie, un des neveux de l'enseignante a expliqué qu'elle s'était sacrifiée en cherchant à sauver les enfants. "Ce n'était pas juste ses élèves, c'était ses propres enfants, et elle a mis sa vie en jeu pour les protéger", a témoigné John Martinez. "C'est le genre de personne qu'elle était."

C'est le même neveu du couple qui a annoncé dans un tweet le décès de son oncle, "dû au chagrin" selon lui. Joe Garcia, qui venait d'avoir 50 ans, venait de déposer un bouquet de fleurs devant l'école. Rentré chez lui, entouré de sa famille, il s'est assis à table et a fait un malaise dans les minutes suivantes. "Honnêtement, je me sens comme si je venais d'être percuté par un second camion", a témoigné le jeune homme endeuillé pour la seconde fois en deux jours, auprès de la presse locale.


Frédéric Senneville

Tout
TF1 Info