Le "tueur de Long Island" : 10 ans après, un architecte arrêté pour des meurtres en série de prostituées

Publié le 15 juillet 2023 à 14h12, mis à jour le 15 juillet 2023 à 18h34

Source : Sujet TF1 Info

Un architecte new-yorkais a été arrêté jeudi soir après plus de dix ans d'enquête.
Rex Heuermann est accusé d'être l'auteur d'une série de meurtres de prostituées près des plages de Long Island.
Retour sur cette affaire tragique qui a secoué les États-Unis.

Le récit effroyable est digne du scénario d'American Psycho. Mais, tandis que dans cette histoire, l'homme d'affaires new-yorkais s'en prenait aux SDF, ici, le "tueur de Long Island" visait les prostituées. Dix ans après la découverte en série de cadavres de jeunes femmes sur les plages de Gilgo Beach, à 75 km de Manhattan, et dont la mort n'avait jamais été résolue, un architecte de 59 ans a été arrêté et présenté à la justice ce vendredi 14 juillet pour les meurtres de trois d'entre elles. 

Quatre corps retrouvés en deux jours

Rex Heuermann est soupçonné des meurtres de Melissa Barthelemy, Megan Waterman et Amber Costello. Soit, trois des "Gilgo Four", du nom des victimes, dont les corps ont tous été retrouvés à deux jours d'intervalle, en décembre 2010. Il fait également figure de suspect numéro un pour le meurtre de la quatrième victime de ce groupe, Maureen Brainard-Barnes. Selon un document judiciaire du parquet du comté de Suffolk, les preuves correspondent en effet "au modus operandi de l'accusé". Les dépouilles avaient toutes été retrouvées au cours des mêmes recherches, à Oak Beach, dans un maquis de ronces, situé sur une zone de moins de 450 mètres, entre le sable et la route, parmi les dunes. 

Ce n'est pas le seul point commun des "Gilgo Four", disparues entre 2009 et 2010. Âgées de 22 à 27 ans, toutes étaient de petites tailles et proposaient leurs services sur Craigslist, un site de petites annonces aux États-Unis. Elles avaient par ailleurs été retrouvées "dans la même position, attachées de la même manière ou par des ceintures ou du ruban adhésif, et trois d'entre elles enveloppées dans un matériau de type toile de jute", comme l'a rappelé lors d'une conférence de presse le procureur Ray Tierney. 

À l'origine, les investigations avaient été lancées après le signalement en mai 2010 de la disparition d'une autre jeune prostituée de 24 ans, Shannon Gilbert, originaire du New Jersey limitrophe. Rex Heuermann n'est pas poursuivi dans cette affaire, la police estimant que la femme n'est pas une victime du "tueur de Long Island". 

Melissa Barthelemy, Amber Costello et Megan Waterman,  trois des "Gilgo Four", victimes du "tueur de Long Island"
Melissa Barthelemy, Amber Costello et Megan Waterman, trois des "Gilgo Four", victimes du "tueur de Long Island" - Comté de Suffolk

Au total, les restes de onze corps humains, neuf femmes, un homme et une fillette de deux ans qui était la fille d'une des victimes, avaient été retrouvés entre 2010 et 2011 le long des plages. Une affaire qui a effrayé la population. Et surtout, qui a tenu en échec les policiers. Car pendant une décennie complète, celui qui a aussi été surnommé "L'Éventreur de Craigslist" est resté introuvable. Ce n'est qu'en mars 2022 que l'enquête a connu un tournant. Au cœur de ce rebondissement, un pick-up Chevrolet Avalanche enregistré au nom de Rex Heuermann et aperçu par un témoin au domicile d'une victime.

ADN et téléphonie

À partir de là, les enquêteurs ont découvert plusieurs preuves. ADN, d'abord, recueillies à partir de croûte de pizza et de bouteilles, comparées aux traces d'ADN dans des poils retrouvés sur les victimes. Téléphonique ensuite. Grâce aux nouvelles technologies, les enquêteurs ont pu localiser les emplacements des appels émis depuis des téléphones portables jetables qui auraient servi à contacter trois des quatre victimes avant leur disparition. 

Les données cartographiques ont permis de relier les appels à deux endroits clés : près du domicile de l'architecte à Massapequa Park et de son bureau à Manhattan. C'est à proximité de ce dernier que le "tueur de Long Island" avait notamment utilisé le téléphone de l'une des victimes. La sœur de Melissa Barthelemy avait ainsi été harcelée d'appels "vulgaires, moqueurs et insultants" venant d'un homme qui appelait depuis le téléphone portable de sa sœur. Au bout de cinq semaines, les appels avaient pris fin après un dernier appel sordide. D'une voix calme, l'homme avait déclaré que sa victime était morte et qu'il allait "la regarder se décomposer"

TÉMOIGNAGES - Affaires non élucidées : deux enquêteurs amateurs livrent leurs secretsSource : JT 20h Semaine

Selon le procureur, celui que ses voisins décrivent comme un homme "banal" a aussi effectué des centaines de recherches internet sur l'enquête, avec des questions telles que "Pourquoi le tueur en série de Long Island n'a-t-il pas été arrêté ?". Des images de "torture pornographique, de la pédopornographie et des images des victimes et de leurs proches", ont aussi été retrouvées dans son ordinateur, a déclaré le procureur.

Plus de dix ans d'enquête plus tard, cette histoire pourrait donc bien avoir un dénouement. Le père de famille a été arrêté jeudi soir près de ses bureaux à Manhattan. Au même moment, sa résidence, située près des plages où ont été retrouvées les victimes, a été perquisitionnée. L'architecte a plaidé non coupable. Six décès suspects restent non résolus. 


Felicia SIDERIS

Tout
TF1 Info