La purge en Turquie

Turquie : après 238 jours de grève de faim, l'avocate Ebru Timtik meurt en prison

Publié le 28 août 2020 à 18h34
Turquie : après 238 jours de grève de faim, l'avocate Ebru Timtik meurt en prison

Source : Yasin AKGUL / AFP

TURQUIE - Ebru Timtik, une avocate turque incarcérée et en grève de faim depuis 238 jours pour réclamer un procès équitable, est morte dans la soirée, jeudi 27 août dans un hôpital d'Istanbul, a annoncé son cabinet.

De l'eau sucrée, des infusions et des vitamines : voici le régime auquel s'astreignait Ebru Timtik durant sa grève de la faim. Cette avocate turque, incarcérée l'an dernier pour "appartenance à une organisation terroriste", espérait ainsi faire plier le pouvoir et obtenir un procès équitable. Elle est morte ce vendredi, à 42 ans.

Avec Aytac Unsal, son confrère également en grève de faim en prison, Ebru Timtik était membre de l'Association des avocats contemporains, spécialisée dans la défense de cas politiquement sensibles. Mais pour les autorités turques, cette association est surtout liée à l'organisation marxiste-léniniste radicale DHKP-C, un groupe qui a commis plusieurs attentats et qui est qualifié de "terroriste" par Ankara et ses alliés occidentaux.

Lire aussi

30 kg au moment de son décès

C'est pour cette proximité avec le DHKP-C que la justice turque, serrée de près par le président Recep Tayyip Erdogan, s'est montré inflexible envers l'avocate : en juillet, un tribunal d'Istanbul avait refusé de libérer Ebru Timtik, en dépit d'un rapport médical indiquant que son état de santé ne lui permettait plus de rester en prison. Selon ses proches, elle pesait 30 kg au moment de son décès. Une demande similaire avait aussi été déposée en août auprès de la Cour constitutionnelle, sans succès : au lieu d'une libération, Ebru Timtik et Unsal Unsal avaient été transférés dans deux hôpitaux différents en juillet.

"Ebru Timtik, membre de notre cabinet, est tombée en martyre", a indiqué vendredi sur Twitter le cabinet d'avocats Halkin Hukuk Burosu. Peu après, des heurts ont brièvement opposé les proches de l'avocate et la police lorsque la foule venue à son enterrement a scandé des slogans et des chants révolutionnaires. Des policiers ont utilisé du gaz lacrymogène et repoussé la foule avec leurs boucliers. Une échauffourée avait aussi éclaté plus tôt lorsque le corbillard transportant le corps d'Ebru Timtik avait quitté le Conseil de médecine légale d'Istanbul, où une autopsie a été menée, sans que la famille puisse l'accompagner.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info